Le gouvernement fait appel à de nombreux interprètes non qualifiés - 5
Réalisateur Libe Rieber-MohnLa Direction de l’Intégration et de la Diversité. Réalisateur Libe Rieber-Mohn .Photo : Heiko Junge / NTB scanpix

Seul un tiers des interprètes utilisés dans l’espace public sont qualifiés d’interprètes selon un nouveau rapport de la Direction de l’intégration et de la diversité (IMDi).

« Nous sommes inquiets des conséquences pour la sécurité juridique, la vie et la santé », a déclaré Libe Rieber-Mohn, directeur d’IMDi.

De plus, une enquête montre que beaucoup finissent par être interprètes. Il y a peu d’emplois permanents, ils sont tarifés par des prestataires privés qui ont des interprètes qui ne sont pas éligibles et ils ne peuvent pas vivre de ce qu’ils gagnent. De plus, le nombre d’affectations peut être imprévisible.

L’année dernière, plus de 800 millions de couronnes ont été dépensés pour près de 750 000 interprètes. Le service de santé municipal est le plus grand utilisateur de services d’interprétation. Ils dépensent le plus d’argent et commandent le plus de missions.

« Une bonne communication est importante pour une bonne intégration. Cela coûte de l’argent d’avoir recours à des interprètes qualifiés, mais cela coûte encore plus cher de fournir des services qui ne sont pas compris ou qui ne répondent pas aux besoins », a déclaré Rieber-Mohn.

Elle croit que le secteur public doit mieux planifier l’utilisation des interprètes et que le travail doit être organisé de manière à assurer une rémunération et des conditions de travail adéquates.

La plupart des devoirs étaient en arabe, éthiopien et érythréen, somali et polonais. Les 20 langues les plus importantes représentaient plus de 90 % des devoirs.

Les interprètes qualifiés ont l’autorité de l’État pour l’interprétation ou les tests et cours bilingues dans le domaine de responsabilité de l’interprète.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui