La violence à l'égard des femmes est un problème social majeur - 3

La violence à l’égard des femmes est un problème social majeur

Sous la bannière « Sécurité juridique pour les femmes maintenant », des représentants de 17 organisations ont défilé dimanche soir devant le parlement norvégien.

« Notre objectif est d’ouvrir la conversation aux gens sur tous les problèmes graves chaque année qui ne sont pas suivis », a déclaré la dirigeante, Hege Elisabeth Løvbak, de l’Association des femmes d’Oslo à NTB News après la marche pour l’abolition de la violence à l’égard des femmes. fini le dimanche soir.

Avec plusieurs centaines de torches tenant le flambeau et une frustration évidente face à la situation derrière elles, Løvbak a présenté dimanche soir un certain nombre de demandes pour une meilleure sécurité juridique pour les femmes au président parlementaire, Tone W. Trøen de Høyre (H) sur la place Eidsvoll. Au total, 17 organisations d’intérêt, ainsi que Rødt Oslo, Oslo Sosialistisk Venstreparti (SV) et Jeunesse socialiste (SU) étaient derrière la marche.

Les organisations exigent, entre autres, que la loi norvégienne soit définie de manière à ce que les relations sexuelles sans consentement constituent un viol.

La présidente de campagne de la troupe de la torche « La certitude légale maintenant », Ane Stø, du Women’s Group Ottar, a résumé précisément la frustration des militantes.

Des mots, mais pas de promesses

Après plusieurs appels et la remise de la liste de revendications, le président du Parlement, Trøen, a prononcé un bref discours, qui a souligné l’importance du travail pour les droits des femmes et a promis de transmettre le message à leurs collègues dans « la maison derrière nous ”.

« Cette manifestation est importante parce que la violence et les abus contre les femmes sont un problème de société majeur qui détruit la vie », a commenté Trøen à NTB News.

Le président a eu un point de départ quelque peu difficile, car plusieurs des opposants ont clairement exprimé leur mécontentement que le gouvernement n’ait pas accordé la priorité à une nouvelle loi de consentement similaire à celle récemment introduite en Suède.

« Ce sont des questions difficiles qui sont toujours en discussion au parlement », a assuré Tren et a souligné qu’elle-même était personnellement concernée par cela.

Engagement international

Hege Elisabeth Løvbak était reconnaissante pour la façon dont Trøen a rencontré les manifestants. Elle a noté que les organisateurs avaient envoyé du courrier à de nombreux parlementaires à l’occasion de la manifestation, mais que peu d’entre eux avaient répondu.

Le 25 novembre est la Journée internationale des Nations Unies pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Les organisateurs de la procession aux flambeaux ont souligné que les autorités norvégiennes ont été critiquées à plusieurs reprises par la Commission des femmes de l’ONU pour le manque de travail de prévention dans ce domaine. Cela est particulièrement vrai du nombre élevé d’acquittements dans les affaires de viol.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui