Affaire au pair devant la Cour suprême - 3

Le cas de la fille au pair sera traité par la Cour suprême

L’affaire du jeune au pair, où l’homme d’affaires Ragnar Horn et sa femme ont été reconnus coupables d’une violation du programme au pair, sera portée devant la Cour suprême.

Horn et sa femme ont d’abord été condamnés à cinq mois de prison par le tribunal de district d’Oslo. Le couple marié a fait appel devant la cour d’appel de Borgarting, qui les a condamnés à 90 jours de prison, en plus d’une saisie de 186 000 couronnes.

Les deux hommes ont été condamnés pour avoir fait de fausses déclarations aux autorités publiques et pour plusieurs violations de la loi sur l’immigration. Maintenant, l’appel a été libéré par le comité d’appel et sera traité par la Cour suprême.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

« C’est évidemment un pas dans la bonne direction que la cour d’appel ait réduit de 40 % la peine prononcée par le tribunal de district, mais nous ne sommes pas d’accord avec
l’application de la loi, l’application de la loi et la punition », a déclaré l’avocat de Ragnar Horn, Svein Holden, après que le verdict est tombé devant le tribunal.

Découvrez les Aurores Boréales

Trompé

Le cas est que le couple marié a eu plusieurs filles au pair pendant deux ans, dont deux sœurs philippines. Comme une seule est autorisée, un ami avait dit à la Direction de l’immigration qu’une sœur serait avec eux.

Selon Gunhild Vehusheia, procureur adjoint des deux filles au pair, elles avaient été employées pour travailler comme filles au pair en Norvège, mais se sont retrouvées comme femmes de ménage sous-payées.

41 couronnes par heure

Dans un rapport publié par Vehusheia au tribunal de district, les « filles au pair » travaillaient onze heures en semaine, quatre heures chaque samedi et deux heures chaque dimanche pour la famille. Cela payait 41 couronnes par heure.

Lorsque l’affaire était devant le tribunal de district, Horn a affirmé qu’il avait été utilisé comme « garçon d’affichage » pour tout ce qui ne va pas avec le programme au pair. Tous deux ont reconnu leur culpabilité mais n’étaient pas d’accord avec l’enquête criminelle.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui