L'Occident risque de perdre la guerre contre l'EIIL - 3

L’Occident risque de perdre la guerre contre l’EIIL

Les groupes islamistes extrémistes tels que l’EIIL (alias EI et ISIS) ne peuvent pas être vaincus par les méthodes d’aujourd’hui, estiment les experts.

– Au mépris des victoires purement tactiques sur le terrain, la stratégie d’aujourd’hui échoue, a déclaré Katherine Zimmerman du groupe de réflexion conservateur American Enterprise Institute (CSIS).

Les pays occidentaux mènent la guerre contre des groupes islamistes comme l’EIIL, mais le combat ne prendra jamais fin si l’on ne fait rien contre les causes sous-jacentes du djihadisme, poursuit-elle.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

– Tous les soldats et analystes du renseignement qui ont travaillé sur ce problème se rendent compte de ce qui se passe, poursuit Zimmerman.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Gagne des batailles, mais perd la guerre

– Ils comprennent que ce que nous faisons aujourd’hui n’est qu’une solution temporaire. Il supprime la menace immédiate mais ne semble pas se stabiliser et ne fait aucun progrès. Il s’agit de politique, croit-elle.

– C’est facile de dire que nous allons tuer celui qui a fabriqué la bombe, mais c’est beaucoup plus difficile de dire que le gouvernement avec lequel nous coopérons a fait en sorte que cette personne rejoigne un groupe terroriste en la privant de ses droits. Et maintenant, il fabrique des bombes, explique Zimmerman.

– L’Occident est sur le point de gagner toutes les batailles, mais perd la guerre, selon elle.

Insatisfaction profonde

Le groupe islamiste extrême ISIL, qui contrôlait de vastes régions de la Syrie et de l’Irak il y a quelques années, est revenu à ses racines et est passé à la clandestinité. Mais le profond mécontentement ressenti par de nombreux Irakiens et Syriens, qui a contribué à la croissance de l’EIIL en premier lieu, est toujours là, commentent les experts.

Bien que les pays occidentaux avec les États-Unis en tête aient affaibli des groupes comme l’EIIL, il ne suffit pas de résoudre les problèmes sous-jacents qui provoquent la formation de tels groupes, selon le verdict du SCRS.

Nations bancales

Des États fragiles dotés d’institutions faibles ou inefficaces dans des zones où les djihadistes sont actifs permettent à des groupes comme l’EIIL de créer des refuges, souligne le SCRS dans un rapport tout juste sorti de presse.

Le groupe de réflexion compare des cartes des endroits où l’EIIL et al-Qaïda ont été les plus actifs, avec des cartes des endroits où les autorités de chaque pays sont les plus efficaces, sur la base des statistiques de la Banque mondiale, et trouve un schéma clair.

La plupart des pays où les rebelles ont été les plus actifs – Yémen, Syrie, Irak, Afghanistan, Libye, Mali, Nigéria et Somalie – sont également en queue de peloton, pénalisés par l’efficacité du gouvernement.

Doit fournir une aide au développement

Le général John Allen, qui était autrefois le commandant suprême des forces armées des États-Unis en Afghanistan, dirige aujourd’hui le prestigieux groupe de réflexion Brookings Institutional. Il estime que les pays occidentaux devraient désormais se demander comment ils peuvent prendre le dessus.

– Où chercher les prochains numéros ? Allen demande rhétoriquement.

– Nous devrions passer beaucoup plus de temps à regarder ces zones qui sont dans des états fragiles ou précaires. Il faut trouver les lieux où les conditions de vie contribuent à la radicalisation de larges pans de la population. Lorsque nous rendons enfin compte, de tels processus de radicalisation sont tous en cours depuis longtemps, se répond-il.

– La solution réside bien plus dans l’aide au développement que dans la lutte contre le terrorisme, selon Allen.

Les sunnites marginalisés

Lors de la conférence annuelle sur la lutte contre le terrorisme organisée par le groupe de réflexion conservateur Jamestown Foundation, plusieurs ont souligné que la marginalisation par les autorités irakiennes de la minorité sunnite a contribué à l’émergence de groupes comme al-Qaïda et l’EIIL.

Si le mécontentement des musulmans sunnites n’est pas pris au sérieux, des groupes djihadistes comme l’EIIL vont à nouveau prospérer, préviennent les experts.

Le rapport est antérieur à l’engagement de Trump de retirer les forces terrestres américaines de Syrie, contre quoi la plupart des experts et politiciens, dont la ministre norvégienne des Affaires étrangères, Ine Søreide, mettent fortement en garde. Cela aurait également provoqué la démission du secrétaire américain à la Défense, le général Mattis.

© NTB scanpix / #La Norvège aujourd’hui