Les municipalités fatiguées des rondes devant les tribunaux - 3

Les municipalités de Wolf en ont assez des rondes devant les tribunaux

Selon l’Association of Outfield Communities (USS), des rounds perpétuels sur des loups au tribunal renforcent le conflit autour des prédateurs.

«Pour l’USS, il est important qu’il y ait une décision claire et juridiquement exécutoire sur les questions concernant l’abattage des loups qui légitiment le contrôle politique de la politique prédatrice. C’est malheureux et enrichissant le conflit avec des rondes récurrentes chaque année dans le système juridique concernant la légalité des décisions politiques, chef de l’USS », déclare Hanne Alstrup Velure.

L’Organisation de protection des animaux, NOAH, a traduit en justice le ministère du Climat et de l’Environnement en raison de la décision d’abattre les loups dans la zone Wolf. L’organisation estime que la décision est invalide – et a en outre demandé au bailli d’Oslo de mettre le pied à terre pour poursuivre la chasse dans la zone Wolf – jusqu’à ce que le tribunal ait examiné si la décision est valide ou non.

Découvrez les Aurores Boréales

De nombreuses municipalités qui font partie de l’USS sont situées dans la zone Wolf et se sont donc inscrites en tant que partisans du ministère en la matière.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Deux loups abattus

Deux loups de la meute de Slettås à Trysil ont été abattus mardi, le jour même du début de la chasse. Il n’est pas certain qu’il y ait plus de loups dans la meute, mais la chasse peut reprendre si des traces sont découvertes. Le ministère a accordé la permission d’abattre jusqu’à trois loups au total, qui seraient tous membres de la meute. NOAH a demandé au ministère d’attendre la décision du tribunal, mais le ministère a refusé de se conformer.

C’est pour la première fois que les autorités autorisent l’abattage dans la zone Wolf. Le raisonnement est que la meute de Slettås était un fardeau pour les habitants de la région, et le but de l’éradication de la meute est de freiner le conflit des loups.

Décision illégale

NOAH soutient que la décision est illégale.

«La décision est très peu justifiée», déclare l’avocat Mads Andenæs, qui poursuit l’affaire au nom de NOAH.

Il estime que le ministère s’est trop appuyé sur la décision parlementaire relative à l’importance de la population de loups en Norvège et n’a pas montré qu’il avait tenu compte des exigences de la Constitution, de la loi sur la diversité de la nature et de la Convention de Berne sur la protection des Animaux sauvages.

Elisabeth Stenwig du bureau du procureur du gouvernement n’est pas d’accord.

«La décision est bien fondée», affirme-t-elle.

Stenwig pense que les décisions prises par le ministère ne menacent pas l’existence du stock et ne violent donc pas la législation norvégienne ou les obligations internationales.

L’huissier d’Oslo se prononcera jeudi sur la demande d’injonction temporaire de NOAH, qui empêche la reprise de la chasse dans la zone du loup – en attendant l’évaluation par le tribunal de l’ensemble de la décision.

Andenæs pense qu’il sera intéressant de demander au tribunal d’évaluer la validité de la décision, même si tous les loups sont abattus. Sinon, il y aura un autre tour dans les tribunaux.

Exige moins de loups

Alors que les organisations de protection des animaux estiment que le ministère a autorisé l’abattage d’un trop grand nombre de loups, le Parti du centre est d’avis qu’il devrait être encore plus abattu et exiger des réponses de la ministre Ola Elvestuen (libérale).

Elvestuen a refusé d’éradiquer deux autres meutes de loups, la meute Mangen à Akershus / Hedmark et la meute Hobøl à Østfold. Les comités locaux des prédateurs voulaient que les deux familles fassent également partie de l’histoire.

Le Parlement norvégien a fixé un objectif pour les loups de quatre à six portées par an, et les comités des prédateurs ont proposé d’éradiquer trois territoires de loups dans les sanctuaires pour atteindre cet objectif.

«Pourquoi le ministre mine-t-il les objectifs adoptés par le Parlement en refusant la chasse dans les régions de Mangen et Hobøl?» interroge le chef du Parti du centre, Trygve Slagsvold Vedum.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui