Un homme avoue un meurtre à Haugesund - 3

Un homme admet un meurtre et un incendie à Haugesund

L’homme qui a été accusé d’avoir tué son concubin dans le cadre d’un incendie à Haugesund le jour du Nouvel An a reconnu avoir commis l’acte.

La femme a été retrouvée morte après un incendie dans un immeuble résidentiel. Le rapport d’autopsie préliminaire a montré qu’elle est probablement décédée des suites d’un coup de couteau.

Le cohabitant de la femme, un homme dans la cinquantaine, a été arrêté et accusé de meurtre peu de temps après que les services d’urgence se soient déplacés vers le feu.

Querelle

Auparavant, l’homme avait nié l’accusation, mais lors d’un interrogatoire, il a changé d’explication lundi.

« Au début de l’entretien, il a donné l’impression qu’il souhaitait changer d’explication, et a expliqué qu’il était à l’origine de l’acte de meurtre de sa concubine. L’accusé a précédemment expliqué qu’il avait agi en état de légitime défense et que l’acte était accidentel, mais il l’a maintenant modifié », écrit le procureur Marte Engesli Lysaker dans un communiqué de presse.

Selon l’accusé, il y a eu un différend entre lui et le défunt avant l’acte, et il a fourni un récit relativement détaillé du cours des événements.

« La manière dont il réagit à la question de la responsabilité pénale, ainsi que tout mobile de l’acte, fera l’objet d’un interrogatoire supplémentaire », précise le procureur.

Libère le nom de la victime

Dans le même communiqué, la police écrit que c’est Anne Kari Bjelland, 49 ans, qui a été tuée. Son nom est divulgué après consultation avec les proches.

Bjelland laisse trois enfants sans mère, dont un mineur. Les enfants sont ensemble les enfants de Bjelland et de l’homme.

Elle n’est pas encore formellement identifiée, mais la police précise qu’il n’y a aucune raison de croire que le défunt est une autre personne qu’Anne Kari Bjelland.

vérifiera l’explication

Les travaux sur les examens médico-légaux, les témoignages, ainsi que la sauvegarde et l’examen des pistes électroniques se poursuivent. La police va maintenant vérifier l’explication de l’accusé par rapport aux constatations techniques.

« Nous ne voulons pas entrer plus dans les détails sur l’explication de l’accusé, mais pouvons confirmer qu’il est coopératif », conclut Lysaker.

Ce serait l’accusé lui-même qui aurait allumé le feu avant de quitter les lieux à moto. Il a été arrêté après avoir été impliqué dans un accident de la circulation.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui