10 autres avertissements metoo dans les travaillistes en 2018 - 5

10 autres avertissements metoo dans les travaillistes en 2018

Le Parti travailliste norvégien (Arbeiderpartiet) a reçu et traité dix autres avis de harcèlement sexuel l’année dernière. Ceci dans le sillage du grand nettoyage de printemps #metoo il y a un an.

« À l’hiver 2017/2018, nous avons traité un total de vingt dossiers contre différentes personnes du parti. Plus tard en 2018, nous avons traité un peu moins de dix cas liés au harcèlement sexuel localement », informe la responsable de la communication du travail, Ingrid Langerud, dans un e-mail à NTB.

Elle écrit en outre que certains des cas sont des événements relativement récents, tandis que d’autres sont liés à des problèmes qui se sont produits dans le temps.

« Dans plusieurs de ces dossiers, le traitement des dossiers a conduit à des démissions ou à des non-réélections. Nous traitons toutes les demandes de renseignements sur le harcèlement en continu – conformément à nos directives et à nos routines.», poursuit Langerud.

Plusieurs concernant Trond Giske

Plusieurs des notifications metoo traitées par le parti travailliste au cours de l’hiver 2017/18 faisaient référence au chef adjoint de l’époque, Trond Giske. Il a fini par démissionner de la direction le 7 janvier. Plus tard, il a également été renvoyé de son poste de porte-parole fiscal du Labour.

Dans la période qui a suivi, la discussion a fait rage pour savoir si le politicien profilé devrait être invité à revenir du froid. Le parti est toujours privé d’un 2e chef adjoint, mais plusieurs de Trøndelag souhaitent que Giske soit renommé au Parlement norvégien pour la prochaine période.

L’affaire du parti contre Giske a été récemment conclue. La conclusion de l’année dernière, selon laquelle il avait enfreint les directives internes du parti, est donc laissée en vigueur.

Plus d’avertissements contre les conservateurs

Les travaillistes et les conservateurs (Høyre). c’est-à-dire que les plus grands partis de Norvège sont également ceux qui ont reçu le plus de notifications de harcèlement sexuel à la suite du mouvement metoo.

Plus tôt cette semaine, on a appris que les conservateurs avaient reçu deux autres alertes après le nettoyage de l’année dernière, qui concernaient toutes deux des conditions qui se sont produites dans le temps. Auparavant, le parti a reçu un total de 35 notifications avec divers degrés de gravité, affectant 21 personnes différentes.

« Nous avons, pour notre part, traité un total de neuf problèmes de gravité variable », a déclaré le Parti du progrès (FrP) à NTB.

La semaine dernière, on a appris qu’un représentant du Rogaland avait été arrêté, accusé de viol. L’inculpé a été déchu de toutes fonctions dans l’organisation locale du parti. Il est par ailleurs rayé des listes électorales jusqu’à nouvel ordre.

En dehors de cela, le Parti du progrès (Fremskrittspartiet) n’a pas reçu d’autres alertes depuis le nettoyage de printemps de l’année dernière, a expliqué la responsable des communications, Ida Krag, NTB.
Ils ont reçu un total de huit notifications metoo, y compris concernant le député Ulf Leirstein, d’ici là. Il s’est retiré de tous les postes après avoir partagé du porno hardcore avec de jeunes garçons à Østfold FpU, selon NRK.

Silence des démocrates-chrétiens et des socialistes

« KrF n’a reçu aucune nouvelle alerte depuis juin de l’année dernière. Ensuite, il y avait eu un avertissement et deux avis d’inquiétude. Tous les trois concernant le Parti de la jeunesse (KrFU). Ces affaires sont maintenant terminées. La notification s’appliquait à un représentant élu de la KrFU à un niveau inférieur. Il s’agissait d’un incident dans un contexte privé à partir de 2011. Cette personne s’est heurtée à des « sanctions selon les directives éthiques de la KrF et de la KrFU ».

Les socialistes (Sosialistisk Venstrepart) n’ont pas non plus reçu de convocation après juin 2018. Avant cela, ils ont reçu deux avertissements, qui concernaient tous deux des cas remontant dans le temps. Il y avait eu trois notifications, dont une affaire qui avait fait l’objet d’une enquête pour viol, en deux ans concernant le parti de la jeunesse.

Pas de réponse

Le Parti du centre (Senterpartiet), les Libéraux (Venstre), les Verts (Miljøpartiet de Grønne) et les Rouges (Rødt) n’ont pas encore répondu à l’enquête du NTB sur le nombre d’avertissements Metoo au cours de l’année écoulée.

  • Les libéraux ont annoncé le 1er juin de l’année dernière qu’ils avaient eu six cas de harcèlement sexuel au cours des cinq dernières années, avec une gravité variable. Après cela, ils ont reçu trois notifications, qui sont toutes traitées.
  • Le Parti du Centre a informé qu’il avait reçu 15 alertes, dont 13 avaient été traitées.
  • Red a annoncé qu’ils n’avaient reçu aucune notification depuis le lancement de la campagne metoo en octobre 2017. Cela s’est produit en janvier 2018.
  • MDG avait, dans le même temps, reçu un avertissement, qui était alors à l’étude.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui
Flux RSS