Le ministre des Affaires veut abolir la loi sur les biens usagés

«Nous devons mettre un terme à cela, vous devez demander un permis à la police pour vendre des biens d’occasion», déclare Torbjørn Røe Isaksen (conservateurs). Il veut abolir toute la loi sur les biens d’occasion.

Dans un discours zélé lors de la Convention nationale à Gardermoen, le ministre du Commerce s’en prend aux lois, règlements et taxes qui entravent le monde des affaires. L’une d’elles est la loi sur les biens d’occasion. Le gouvernement proposera de supprimer cette loi la semaine prochaine, selon Røe-Isaksen.

Bien que le but de la loi soit d’éviter les ventes de biens volés, le ministre du Commerce et de l’Industrie estime qu’elle fait plus de mal que de bien.

«La loi exige que quiconque souhaite faire le commerce de biens usagés ait un permis pour le faire de la police. Je pense que la police a mieux à faire que de lire les demandes de vente d’anoraks d’occasion », poursuit-il.

Faits saillants Bergans

Il met en avant le fabricant de matériel de randonnée Bergans comme un exemple d’entreprise qui souhaitait commencer par des échanges et la revente de vêtements usagés. Bergan a décidé de mettre en rayon l’idée d’entreprise après avoir découvert qu’ils devaient soumettre une demande écrite à la police pour chaque point de vente.

«La loi date de l’époque où le commerce électronique se négociait avec un filet d’épicerie. La loi est en vigueur depuis, même si peu de Norvégiens en ont même entendu parler », se réjouit le ministre des Affaires commerciales.

L’organisation commerciale Virke a plaidé à plusieurs reprises en faveur de la suppression de la loi danoise sur le commerce. Il est ravi que le ministre du Commerce les écoute.

«La Terre ne tolère pas que nous utilisions et rejetions autant que nous le faisons. Il est donc évident qu’une loi qui empêche la réutilisation doit être abandonnée », affirme le PDG de Virke, Ivar Horneland Kristensen.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui