Silence assourdissant autour de l'affaire Frode Berg - Norway Today - 3

Silence assourdissant autour de l’affaire Frode Berg

Malgré de vives critiques, les autorités norvégiennes ont commenté le moins possible l’affaire d’espionnage contre Frode Berg en Russie. Le procès commence mardi.

«Je m’attends à ce qu’ils aient de bonnes raisons d’agir comme ils le font. Ils ont été vécus comme très prudents dans certaines phases, également par nous. Mais je n’ai aucune raison de porter un jugement là-dessus », a déclaré à NTB l’avocat norvégien de Berg, Brynulf Risnes.

« Il est fort probable que quelque chose se passe dans l’arrière-boutique, et je comprends parfaitement qu’ils ne veulent pas que le projecteur du public soit allumé. Ils peuvent avoir des compromis basés sur des choses que je ne connais pas », poursuit-il.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Le procès contre le Norvégien commence mardi. Berg est emprisonné à Moscou depuis le 5 décembre 2017. La question est de savoir si une condamnation attendue peut faire bouger l’affaire, ramenant finalement Berg chez lui en Norvège.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Le service de renseignement norvégien est, dans le même temps, critiqué pour avoir prétendument envoyé un ancien inspecteur des frontières norvégien dans une mission dont il n’était ni apte ni réalisé l’ampleur.

«Risqueux, insouciant, cynique»

Le journaliste de TV 2, Øystein Bogen, écrit dans son livre « Un espion inhabituel » que le plan consistant à envoyer « un retraité norvégien dans un territoire hostile sans immunité diplomatique » apparaît comme un fantôme de la guerre froide.

« C’était risqué, presque négligent dans son exécution et cynique à la limite du désespéré », écrit Bogen.

Le journaliste souligne que le tableau d’ensemble dans l’affaire Berg peut être plus nuancé que cela. Mais le silence des autorités norvégiennes a conduit à ce que les meilleures informations disponibles à ce jour proviennent de Berg lui-même, de ses avocats et de la police secrète russe (FSB), fait-il valoir, ajoutant :

« Ces informations rendent presque inévitable la conclusion que dans ce cas, le service I, et avec cela la Norvège, a heurté une mine géante. »

Une honte

Dans son livre « Un bon norvégien », l’amie et journaliste de Berg, Trine Hamran, fait référence à une interview avec l’avocate de la défense russe de Berg, Ilja Novikov. Novikov ne pense pas que son client ait suivi une quelconque formation au préalable.

« La raison en est que Frode semblait si confus dans les premiers jours après l’arrestation. D’ailleurs, il a admis pas mal de détails lors des premiers interrogatoires. Un espion entraîné n’aurait jamais fait cela », estime Novikov selon le livre.

Il conclut que Berg ne pouvait pas être un «vrai espion».

« Il a été envoyé sans préparation en Russie. Mal informé et sans instruction, et c’est dommage », poursuit Novikov.

Verdict écrasant

L’ancien rédacteur en chef d’Aftenposten, Harald Stanghelle, a écrit dans un commentaire en novembre dernier que « si l’on en croit les sources ouvertes, l’arrestation de Frode Berg est simplement le résultat d’un scandale que le service de renseignement de la défense norvégienne a signé ».

« L’affaire Frode Berg est une opération de renseignement norvégien amateur où tout a mal tourné », a écrit l’ancien rédacteur en chef de Dagbladet, John Arne Markussen, en avril de l’année dernière.

Le service de renseignement ne souhaite pas commenter les critiques.

« Il s’agit d’une affaire consulaire. Nous nous référons au ministère des Affaires étrangères », a déclaré à NTB une porte-parole du service de renseignement, Ann-Kristin Bjergene.

«Affaire consulaire»

Le ministère des Affaires étrangères a également été très bas dans l’affaire. Il décrit aussi la situation autour de Berg comme un « cas consulaire ». Cet article a également été soumis au ministère norvégien des Affaires étrangères (UD).

« Le service extérieur fournit une assistance consulaire à Frode Berg, entre autres, par le biais de visites en prison et d’une assistance pratique », explique Kristin Enstad, responsable de la communication du ministère des Affaires étrangères.

« L’ambassade à Moscou sera présente en tant qu’observateur lors des audiences du tribunal, si elle est autorisée par les autorités russes », a déclaré Enstad à NTB.

Interrogé sur ce que le ministère fera pour ramener Berg en Norvège lorsqu’un verdict sera rendu dans l’affaire, Enstad répond :

« Nous ne voulons pas spéculer sur l’issue d’un procès. »

Les partisans de Berg espèrent que le Premier ministre Erna Solberg (conservateurs) soulèvera la question lorsqu’elle rencontrera vraisemblablement le président russe Vladimir Poutine, dans une semaine environ.

« Je ne vais pas parler des problèmes dont nous discutons avec la Russie avant d’avoir la réunion. C’est un principe général que nous allons suivre », déclare Solberg à NTB.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui