L'appel de Frode Berg à Solberg : « Faites quelque chose ! - La Norvège aujourd'hui - 3

Frode Berg supplie Solberg : « Faites quelque chose !

Le même jour où la Première ministre Erna Solberg rencontre le président russe Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg, les procédures dans l’affaire d’espionnage contre Frode Berg à Moscou se déroulent.

Le Norvégien accusé d’espionnage exhorte les autorités norvégiennes à assumer la responsabilité de le ramener chez lui lorsque le verdict dans l’affaire contre lui sera tombé. Cela se passe, comme prévu, le 16 avrile.

Via son avocat de la défense russe, Ilja Novikov, Berg avait le message suivant à transmettre après la fin du procès contre lui en pratique la semaine dernière :

« C’est à la fois Berg et mon fort désir que les autorités norvégiennes fassent quelque chose. Ce n’est pas à nous de décider si cela doit être par la diplomatie au plus haut niveau ou par le contact à un niveau inférieur. C’est à eux de décider », informe Novikov aux médias norvégiens.

Il souligne qu’il ne sait rien du plan de la réunion de mardi à Saint-Pétersbourg, ni si le cas de Berg est à l’ordre du jour. L’avocat norvégien de Berg, Brynjulf ​​Risnes, est également convaincu que le procès est probablement bientôt terminé.

« Nous espérons que les autorités norvégiennes et russes sont conscientes de leur responsabilité et aident à ramener Frode chez lui », a-t-il déclaré à NTB.

Pardonné

Novikov souligne qu’une grâce du président russe, à la suite d’un accord politique sur la libération de Berg, pourrait être une solution possible :

« Un étranger a théoriquement toujours eu la possibilité d’être échangé ou gracié pour des raisons politiques », explique Novikov, indiquant qu’une telle grâce est la seule raison légale pour laquelle un étranger condamné pour espionnage peut être libéré.

Les experts ne savent pas si le cas de Berg sera un thème à Saint-Pétersbourg.

« Je m’attends à ce que l’affaire soit à l’ordre du jour, mais il est également possible que l’on utilise d’autres canaux, moins visibles et officiels, pour parvenir à une solution en la matière », commente le chercheur à la NUPI, Jakub Godzimirski.

« Au départ, on travaillera là-dessus à un niveau inférieur. Si Solberg mentionne cela, il sera élevé au plus haut niveau, elle sera donc probablement prudente à ce sujet », ajoute Jardar Østbø, professeur agrégé à l’Institut norvégien d’études de défense.

Abcès ukrainien

L’affaire Berg n’est cependant qu’un des nombreux problèmes qui ont envenimé les relations russo-norvégiennes ces dernières années.

Les relations entre la Norvège et la Russie ont gelé après que la Russie s’est impliquée dans la guerre dans l’est de l’Ukraine et a annexé la péninsule de Crimée en mars 2014.

La crise en Ukraine est un abcès entre la Russie et l’Occident qui a conduit à plusieurs séries de sanctions auxquelles la Norvège a adhéré.

« La conduite de la Russie constitue une grave violation du droit international et remet en cause l’ordre international. La Norvège réitère sa condamnation de l’annexion par la Russie du territoire ukrainien et demande à la Russie de l’annuler », a déclaré le secrétaire d’État Audun Halvorsen (Conservateurs) en mars.

Le soutien de la Russie au régime d’Assad en Syrie a également mis le pays sur une trajectoire de collision avec l’Occident.


« Menace pour l’aviation civile »

Une autre préoccupation en Norvège et en Finlande est que la Russie a, à plusieurs reprises au cours des dernières années, perturbé les signaux GPS au Finnmark.

« Le brouillage est particulièrement préoccupant. Plus récemment dans le cadre de l’exercice allié Trident Juncture à l’automne 2018, lorsque plusieurs cas de perturbations GPS affectant l’aviation norvégienne et alliée ont été enregistrés », écrit le service de renseignement norvégien dans sa dernière évaluation ouverte de la menace :

« Cela représente non seulement un nouveau défi pour l’activité d’exercice norvégienne et alliée. Le brouillage est également une menace pour l’aviation civile en temps de paix.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, s’est récemment entretenu avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Lors de la visite de la conférence sur l’Arctique à Saint-Pétersbourg, Solberg participera à un panel de haut niveau avec Poutine et d’autres dirigeants nordiques. La ministre norvégienne des Affaires étrangères, Ine Eriksen Søreide (Conservateurs), est également présente en Russie.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui