Rejette que les enfants de l'EIIL utilisent des bombes à retardement - Norway Today - 3

Un expert rejette que les enfants des combattants de l’EIIL utilisent des bombes à retardement

Le débat entourant les enfants norvégiens de combattants de l’EIIL doit être normalisé et démystifié, exhorte un expert en extrémisme. Il affirme que le service norvégien de protection de l’enfance est à la hauteur. De plus, les petits enfants ne sont pas des bombes à retardement.

« Vous devez tenir compte du fait qu’il comprend peu d’enfants – principalement des tout-petits. Ce sont des enfants qui n’ont pas fréquenté la maternelle ou l’école. Il s’agit d’enfants qui ont besoin d’être intégrés », déclare Lars Lyster, conseiller spécial et psychologue. Lyster est affilié au Centre de ressources régional sur la violence, le stress traumatique et la prévention du suicide, région Est (RVTS Est).

Lyster est un expert de la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent. RVTS East est responsable de certaines parties du plan d’action du gouvernement contre la radicalisation et l’extrémisme violent. Cela inclut le suivi des combattants étrangers et de leurs familles.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Il pense que la priorité la plus importante de la Norvège en ce moment est de mener à bien la planification et la préparation. Cela s’applique aussi bien au retour des enfants qu’au moment où leurs parents ont mis fin à leur condamnation. Le suivi des enfants et des familles est crucial en matière de prévention et d’intégration.

Découvrez un magnifique Fjord

L’UE prévoit

Il y a eu récemment des réunions professionnelles internationales à Rome sous les auspices de l’UE où la situation des enfants était précisément le thème principal. Lyster a participé au nom de la Norvège. Il a été informé de la manière dont les pays se préparent au retour des citoyens adultes et de leurs enfants.

Les Pays-Bas ont été sérieux à ce sujet. Le pays a déjà cartographié près de tous les enfants ayant une affiliation qui ont été dans les anciennes zones contrôlées par l’EIIL. Il a prévu des mesures pour le retour des enfants et cartographié les ressources des familles élargies.

« La plupart d’entre eux ont moins de cinq ans. Pratiquement aucun d’entre eux n’a été dans une situation où on lui a proposé un entraînement au maniement des armes ou soumis à un enseignement idéologique. Une partie de la peur est donc infondée, estime le psychologue.

Il ajoute qu’il n’y a aucune raison terrestre de s’inquiéter que des enfants entre un et trois ans rentrent à la maison en tant qu’extrémistes ou constituent une menace.

« La façon dont nous prenons soin, rencontrons et incluons les enfants est cruciale pour leur intégration dans la société norvégienne », poursuit Lyster.


Quarante enfants norvégiens de l’EIIL

La police norvégienne (PST) a estimé qu’il y a une quarantaine d’enfants norvégiens en Syrie, où l’un ou les deux parents ont une association avec l’EIIL. Les médias norvégiens en ont répertorié dix-huit. Tous sont actuellement dans le camp de détention d’al-Hol dans les régions kurdes de l’est de la Syrie. La plupart sont de très jeunes enfants.

La situation des enfants norvégiens a créé un conflit entre les partis gouvernementaux. Jusqu’à présent, l’opinion est que les enfants norvégiens orphelins peuvent être rapatriés. Le Premier ministre Erna Solberg n’a pas fermé la porte au rapatriement d’autres enfants également, mais seulement si les parents les lâchent.

Lyster pense que les agences de soutien et la structure du centre de compétences en Norvège peuvent protéger les enfants.

RVTS a la responsabilité nationale de soutenir et d’orienter les municipalités et les organes auxiliaires lorsqu’il s’agit d’enfants de combattants étrangers. Les enfants auront eu des expériences et donc des symptômes très différents.

Pas de bombes à retardement

Le psychologue rejette qu’il existe des « bombes à retardement » ou qu’il existe des méthodes de traitement pour cela en termes psychologiques.

« Beaucoup d’étiquettes que nous attachons à ces enfants sont régies par la peur, l’ignorance et le manque d’informations », explique-t-il.

« Il y a peu de choses qui suggèrent que les jeunes enfants qui reviennent ont été endoctrinés. S’il y a effectivement de tels enfants, un traitement est disponible. Ce sera le même genre de traitement appliqué aux enfants qui ont quitté des sectes extrêmes ou d’autres organisations extrémistes », conclut Lyster.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui