Les manifestations contre les péages routiers le 1er mai sont un appât pour les électeurs - 3

Les manifestations contre les péages routiers le 1er mai sont un appât pour les électeurs

L’Institut norvégien pour l’économie des transports (TØI) demande où était l’opposition contre l’augmentation des péages routiers lorsque les questions ont été traitées politiquement, et estime que les élections de cet automne sont la raison pour laquelle les politiciens rejoignent maintenant le train en marche.

La question du péage routier apparaît comme l’un des problèmes majeurs dans plusieurs villes avant les élections municipales. Les derniers mois ont été marqués par des manifestations et des actions à travers la Norvège, en particulier celles qui sont confrontées de facto à des murs à péage.

Le chef adjoint du travail détrôné, Trond Giske, est entré en chaire le 1er mai pour dire que: le parti travailliste doit prendre un temps d’arrêt sur la question.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

«Il est temps pour le Parti travailliste de mettre le pied à terre et de s’exclamer que ça suffit», a déclaré Giske à Dagbladet après son discours.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

De plus, Drammen LO a défilé derrière le slogan «Non aux péages antisociaux».

Le maire de Sandnes, Stanley Wirak (travailliste) a encore changé d’avis. Wirak exige maintenant que les municipalités de la région de Stavanger suppriment le tarif des heures de pointe de 44 NOK.

Le chef av Red, Bjørnar Moxnes, dit à NRK que les péages routiers sont antisosiaux.

«Red est contre les péages routiers dans un certain nombre de municipalités, à la fois à Oslo et à Bergen (mais pas à Stavanger, par exemple), Red est contre les péages parce qu’ils sont antisociaux. Il existe d’autres moyens de garnir de l’argent, plutôt que de ceux qui en possèdent le moins », soutient-il.


L’élection fait sortir beaucoup de la menuiserie

Le directeur adjoint de TØI, Kjell Werner Johansen, déclare qu’il y a beaucoup d’attention autour des péages routiers pour le moment après avoir été silencieux pendant de nombreuses années.

TØI a été l’une des parties dont la contribution a été largement ignorée dans le processus

«Il semble que les prochaines élections attirent beaucoup de gens hors de la menuiserie – ce qui incite davantage de gens à prêter attention aux péages routiers. Une partie de cela est l’appât des électeurs », explique Johansen.

«L’opposition n’a pas été visible lorsque les péages ont été traités politiquement localement ou par le Parlement norvégien. Pas même ceux qui possèdent le moins de voitures », précise-t-il.

Johansen pense en outre qu’il est faux de dire que ceux qui en possèdent le moins sont les plus durement touchés:

«Ce ne sont pas ceux qui en possèdent le moins qui sont touchés, il est faux de dire que ce groupe conduit [at all]. Mais cela affecte certainement beaucoup d’autres. »

« L’Institut pour l’économie des transports a-t-il une opinion sur les péages routiers? » Demande NRK.

«Nous avons un avis professionnel. Nous savons que lorsque la conduite en ville coûte plus cher, cela réduit le trafic. La base professionnelle indique qu’il est stupide de placer des routes à péage en dehors des villes. Il a été démontré que dans certains endroits, des routes à la pointe de la technologie sont construites, mais le financement des péages est tellement excessif que beaucoup choisissent à la place des routes anciennes et plus dangereuses », répond-il.

Johansen comprend que les Norvégiens pensent qu’ils paient beaucoup en péages routiers.

«En quelques années, les frais de péage ont fortement augmenté, d’un total de 3 milliards de NOK en 2 ou 3 ans. Cela dit, le total des taxes sur la propriété et l’utilisation des voitures a diminué de près de 13 milliards NOK entre 2011 et 2018. Il est donc moins cher d’utiliser une voiture que depuis longtemps », conclut le directeur adjoint de TØI.

© NRK / #La Norvège aujourd’hui