KrF: la «thérapie de conversion» des homosexuels doit rester légale - 5

Grøvan (KrF): La «thérapie de conversion» des homosexuels doit rester légale

Le travail suggère d’interdire les soi-disant «thérapie de conversion» pour les homosexuels. «Une interdiction, c’est aller trop loin dans une démocratie libérale», estime Hans Fredrik Grøvan (démocrates-chrétiens).

«Je dois faire des réserves sur le fait que je n’ai pas encore lu la proposition», a déclaré au journal chrétien Dagen le leader parlementaire des chrétiens-démocrates (Kristelig Folkeparti), Hans Frederik Grøvan.

Hans Fredrik Grøvan

Hans Fredrik Grøvan (Krf), estime qu’une interdiction de la thérapie de conversion est une violation des droits religieux.

«Néanmoins, je voudrais souligner, en principe, que nous vivons dans une démocratie libérale. Ensuite, il est important de prendre en considération les souhaits de l’individu quant à la manière dont vous souhaitez travailler avec vous-même. Que la société doive imposer des restrictions à un choix personnel, c’est aller trop loin dans une démocratie comme celle de la Norvège », soutient-il.

La thérapie de conversion pseudo-scientifique vise à transformer une personne d’homosexuelle en hétérosexuelle, traditionnellement basée sur la conviction que l’homosexualité est une sorte de maladie traitable.

Anette Trettebergstuen (Parti travailliste) a présenté jeudi la proposition d’interdiction au Parlement norvégien.


Droits LGBTQ

Trettebergstuen estime qu’une telle interdiction est importante en Norvège, bien que la thérapie de conversion ne soit pas particulièrement répandue ici.

«Le fait qu’il ne s’agisse pas d’un problème généralisé ne signifie pas que nous ne devons pas le résoudre. Nous serons à la fois un fer de lance et un phare pour les droits LGBTQ. Interdire la thérapie de conversion est facile », explique Trettebergstuen à VG.

«S’il est question de thérapie de conversion sous les auspices d’une croyance ou d’une communauté religieuse, il s’agit alors de l’intervention de l’État dans les affaires internes de ladite communauté», rétorque Grøvan au journal Dagen.

Grøvan pense que cela sera perçu comme une transgression.

«L’État norvégien ne devrait pas intervenir dans la manière de pratiquer la foi d’une communauté religieuse», affirme Grøvan.

Il conclut que le cas doit être vu différemment si la thérapie de conversion est vécue comme une stigmatisation, une coercition ou une pression contre les homosexuels.

À propos de la thérapie de conversion

Thérapie de conversion est la pratique pseudo-scientifique consistant à essayer de changer l’orientation sexuelle d’un individu d’homosexuelle ou bisexuelle à hétérosexuelle en utilisant des interventions psychologiques ou spirituelles. Il n’y a pratiquement aucune preuve fiable que l’orientation sexuelle peut être modifiée et les organismes médicaux préviennent que les pratiques de thérapie de conversion sont inefficaces et potentiellement nuisibles. Néanmoins, les défenseurs et les partisans fournissent des rapports anecdotiques sur des personnes qui prétendent avoir réussi à devenir hétérosexuelles. Des organisations médicales, scientifiques et gouvernementales aux États-Unis et au Royaume-Uni se sont déclarées préoccupées par la validité, l’efficacité et l’éthique de la thérapie de conversion. Diverses juridictions d’Asie, d’Europe, d’Océanie et des Amériques ont adopté des lois contre la thérapie de conversion.

Les défenseurs les plus en vue de la thérapie de conversion ont aujourd’hui tendance à être des groupes chrétiens fondamentalistes et d’autres organisations qui utilisent une justification religieuse pour la thérapie plutôt que de parler de l’homosexualité comme d’une «maladie».

(-