Enova soutient le projet pilote d'Equinor pour l'éolien flottant en mer - 3

Enova a décidé d’accorder à Equinor, avec ses partenaires, 2,3 milliards de NOK pour un engagement de financement pour ce qui pourrait s’avérer être le plus grand parc éolien offshore flottant au monde.

«Le développement de l’éolien flottant en mer est une étape importante pour la Norvège et pour le monde. Il s’agit d’un secteur dans lequel les entreprises et les entreprises industrielles norvégiennes, ainsi que les communautés d’expertise et de technologie, ont l’opportunité d’être à l’avant-garde internationale. Cela peut contribuer à des emplois plus rentables, à une nouvelle industrie et à une création de valeur accrue partout au pays », a déclaré la première ministre Erna Solberg.

L’éolien flottant en mer pourrait devenir une énorme ressource énergétique si nous réussissons à réduire les coûts, ce qui aiderait l’éolien flottant à devenir compétitif avec d’autres sources d’énergie dans une perspective à long terme. La décision de l’État de soutenir Hywind Tampen via Enova représente une contribution à la démonstration d’une technologie qui peut réduire les émissions de gaz à effet de serre et qui a un potentiel de prolifération mondiale. Cet engagement de soutien est le plus important jamais accordé par Enova.

«Si nous pouvons réduire les coûts associés à l’éolien flottant en mer, la technologie pourrait être appliquée dans de nombreux pays, réduisant ainsi les émissions mondiales de gaz à effet de serre. L’État est un défenseur important lorsque le monde des affaires développe de nouvelles technologies climatiques. C’est pourquoi le gouvernement a considérablement augmenté les crédits budgétaires à Enova depuis 2013. Cela leur a donné la force financière nécessaire pour soutenir des projets de cette envergure », a déclaré la ministre du Climat et de l’Environnement Ola Elvestuen.

Le parc éolien flottant offshore qu’Equinor et les autres titulaires de permis des champs de Gullfaks et de Snorre souhaitent mettre en place comprendra au total 11 éoliennes flottantes de 8 MW chacune. Les turbines produiront annuellement 384 GWh d’énergie renouvelable, ce qui remplacera un tiers des besoins actuels en énergie sur ces plates-formes. Le projet contribuera ainsi également à réduire les émissions de CO2 d’env. 200 000 tonnes chaque année, les plates-formes sont en service. Néanmoins, les réductions d’émissions ne sont pas la principale raison du soutien d’Enova à ce projet.

«Pour nous, ce financement vise à rapprocher l’éolien offshore flottant de la commercialisation, et tous les effets d’entraînement positifs que cela pourrait avoir à la fois pour le défi climatique mondial et pour les entreprises et l’industrie norvégiennes, pendant très longtemps. C’est précisément le type d’initiative qu’Enova doit soutenir pour remplir son rôle de moteur dans cette transition », déclare le PDG d’Enova, Nils Kristian Nakstad.

L’éolien flottant en mer présente un avantage par rapport aux solutions fixes au fond car la technologie peut être utilisée dans des eaux plus profondes. Néanmoins, le monde n’a qu’un seul parc éolien offshore flottant, à savoir Hywind Scotland, développé et exploité par Equinor. Ce parc éolien se compose de cinq éoliennes de 6 MW chacune. Alors que l’éolien offshore fixe a connu un développement rapide et est en train de devenir compétitif, des progrès supplémentaires sont nécessaires avant que l’éolien offshore flottant ne soit rentable.

Alors qu’Enova a maintenant donné un engagement de financement de 2 329 800 000 NOK pour le projet, il reste encore quelques obstacles à franchir avant que le projet ne soit réalisé. Equinor et ses partenaires doivent prendre une décision finale d’investissement et l’organe de surveillance de l’AELE, l’ESA, doit approuver la subvention. Une modification de l’alimentation électrique de Snorre et de Gullfaks nécessite une décision d’investissement de la part des titulaires de permis et que les autorités approuvent également un plan de développement et d’exploitation (PDO) modifié conformément à la loi sur le pétrole (norvégienne). Une partie de ce processus impliquera une évaluation des considérations relatives à l’environnement naturel et à l’aquaculture, y compris l’impact sur les activités de pêche. Si tout se passe comme prévu, le parc éolien entrera en service courant 2022.