De nouveaux millions dans le budget à essayer avec les cartes loisirs pour enfants - 3

Les municipalités de tout le pays ont maintenant à peine deux semaines pour demander de l’argent et rejoindre le projet pilote du gouvernement avec des cartes de loisirs pour les enfants.

– « L’objectif est que tout le monde puisse participer à des activités de loisirs et que les enfants et les jeunes ne soient pas laissés dehors », a déclaré la Première ministre Erna Solberg (H) à NTB.

C’est KrF qui a eu l’impact l’année dernière sur la mise en place d’un programme national avec une carte de loisirs pour les enfants et les jeunes.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

– « Trop d’enfants et de jeunes n’ont pas la possibilité de participer à des activités récréatives aujourd’hui. Nous savons que les réseaux sociaux, les amis et les activités de loisirs sont essentiels à l’inclusion et à l’intégration et pour éviter d’être un étranger », a déclaré le ministre de l’Enfance et de la Famille Kjell Ingolf Ropstad (KrF).

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Il a emmené le Premier ministre et le leader de gauche et ministre du Savoir Trine Skei Grande à Sagene IF et au complexe sportif de Voldsløkka à Oslo pour présenter la nouvelle que les municipalités intéressées peuvent désormais demander des fonds.

– « Cela devrait s’appliquer à tout le monde. Nous augmentons les allocations familiales pour toutes les personnes de moins de 6 ans, nous leur offrons donc des cartes de loisirs afin que chacun puisse avoir la possibilité de participer à diverses activités de loisirs », explique Grande.

Machine à cartes ?
Le soleil d’hiver glorieux se reflète sur la glace polie, où des dizaines d’enfants de plusieurs écoles voisines testent leurs compétences en patinage – avec un ministre des enfants enthousiaste.

– « Il y a 20 pour cent de pauvreté infantile dans le quartier de la Sagene. C’est donc une question très pertinente ici », a déclaré Vibeke Thiblin, PDG de Sagene IF to NTB.

« Nous avons en tout temps 500 000 NOK de frais d’adhésion et de formation en circulation. Nous couvrons environ 20 % par an et cela ne s’amortit pas tout seul », dit-elle.

Thiblin rappelle que 80 pour cent de la population de l’arrondissement vit dans des immeubles à appartements.

– « Nous devenons aussi un lieu de rencontre en plus d’être un centre sportif », note-t-elle.

Thiblin veut des réponses sur la possibilité de combiner le programme avec les contributions d’un sponsor ou d’un donateur. Elle espère un schéma qui ne stigmatise pas mais qui a les mêmes règles pour tout le monde. Et elle veut un système bureaucratique.

« La chose la plus simple aurait été de la mettre dans une machine à cartes quelconque et de pouvoir payer sur-le-champ », dit-elle.

« La Norvège en miniature »
Le gouvernement a mis de côté 60 millions de NOK pour des tentatives de systèmes de cartes de loisirs en 2020. Divers systèmes seront désormais testés dans quelques municipalités.

Ropstad souhaite que les communes pilotes constituent une « Norvège en miniature », avec quelques petites et quelques grandes communes, et des communes avec des défis de conditions de vie différents.

À long terme, l’objectif est un programme national, mais quand cela se produira, ni Ropstad ni Solberg ne peuvent répondre.

– « Il faudra quelques années avant de s’y mettre, à la fois sur le plan budgétaire, mais aussi lorsqu’il s’agit de trouver le modèle idéal », précise Solberg.

Ropstad déclare clairement qu’il aura fait don de plus de 60 millions de NOK au programme dans le budget 2021.

Dans le même temps, Grande annonce un combat pour que les enfants obtiennent leur propre participation au programme, qui s’inspire d’un système similaire en Islande.

– « Je veux que les enfants décident eux-mêmes dans la version norvégienne. Les enfants ont besoin d’être co-déterminés et d’aider à façonner leurs activités de loisirs », dit-elle.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui