File d'attente complète des ferries au quai de Rådhus - 3

Le temps chaud, le soleil, la Pentecôte et les règles corona de Ruter entraînent de longues files d’attente pour les habitants d’Oslo qui prendront un ferry pour les îles du fjord d’Oslo.

Les ferries Ruter dans le fjord d’Oslo ne peuvent accueillir que 50 passagers en raison des restrictions corona, ce qui offre une capacité modeste de 200 passagers par heure, selon Aftenposten.

Il n’est pas possible d’installer plus de quatre bateaux par heure. Habituellement, les ferries transportent près de 1 000 passagers par heure, lorsque tous les bateaux sont pleinement opérationnels.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Les habitants d’Oslo avides de bains de soleil, de baignade et peut-être d’un voyage en cabine n’ont cependant pas été arrêtés par la réduction du nombre de passagers.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

File d’attente de deux heures
Le samedi et le dimanche, il y a eu de longues files d’attente au quai de Rådhus qui se sont étendues jusqu’aux camions de nourriture sur le côté de la mairie.

Selon le journal, le temps d’attente pour prendre les ferries vers Hovedøya, Lindøya, Nakholmen, Gressholmen et Langøyene est d’une heure et demie à deux heures.

L’attaché de presse Knut-Martin Løken de Ruter a déclaré à Dagsavisen qu’ils comprenaient parfaitement que beaucoup iront dans les îles par beau temps.

Demander aux gens d’éviter les déplacements inutiles
« Il est vrai que les restrictions d’espace conduisent à des files d’attente à Aker Brygge, mais nous avons des gardes en place qui signalent que les gens sont patients et font preuve de considération les uns envers les autres et de compréhension de la situation », a-t-il déclaré.

Pourtant, la société de transport public de la capitale exhorte les gens à éviter les déplacements inutiles.

« La réouverture de la société signifie que de plus en plus de passagers sont transportés, alors que la capacité est encore limitée. Il faut donc respecter le principe de ne pas se déplacer en transports en commun si on n’y est pas obligé », dit-il.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui