L'exigence de siège central pour les aéronefs est réévaluée - 5
Norvégien.Photo: Norway.mw Media

Les autorités sanitaires examineront les lignes directrices de l’aviation où, entre autres, il est exigé qu’il y ait un siège vide entre les passagers aériens qui n’appartiennent pas au même ménage.

Le ministre des Transports, Knut Arild Hareide (KrF), souligne que la Norvège a été au début avec des directives pour la lutte contre les infections dans l’aviation, et dit à Bergens Tidende qu’il pense que c’est important pour qu’il soit sûr de voler.

«Cet été, beaucoup partiront en vacances dans leur propre pays, et nous avons ensuite besoin de directives de vol fiables et sûres. Les autorités sanitaires, qui ont l’expertise en la matière, examinent maintenant les lignes directrices et envisagent une harmonisation avec l’AESA. Dans ce cas, nous reviendrons aux mesures résultant d’une éventuelle harmonisation », dit-il.

Depuis le 28 avril, les autorités norvégiennes ont exigé qu’il y ait un siège vide entre les passagers aériens qui n’appartiennent pas au même ménage.

Récemment, l’Organisation de l’aviation des Nations Unies, l’OACI, a publié ses directives pour limiter la propagation de l’infection à bord des aéronefs. Les sièges centraux vides ne font pas partie de leur recommandation.

L’expert aéronautique et professeur associé Espen Andersen de la BI Norwegian Business School craint pour les compagnies aériennes et si le blocage spécial du siège central norvégien se poursuivra.

«Lorsqu’ils se plaignent de leur détresse et disent qu’il n’est pas possible d’exploiter le trafic aérien commercial, ils ont raison à 100%. Ce n’est pas pleurnicher, c’est comme ça. Si nous regardons cela à court terme, alors c’est tout un désastre », dit-il à NRK.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui