L’année dernière, 28 466 cas de chlamydia ont été enregistrés en Norvège – une augmentation de 6,6 % par rapport à l’année précédente, et le nombre le plus élevé jamais signalé, selon l’Institut de santé publique (FHI).

Ceci est indiqué dans le rapport annuel de la FHI sur la surveillance des infections sexuellement transmissibles.

« L’augmentation du nombre de chlamydia est probablement due à une combinaison du fait que plus de personnes sont testées et que plus de personnes sont réellement infectées », explique le conseiller principal Øivind Nilsen au FHI.

Au total, 386 978 personnes ont été testées pour la chlamydia en 2019, en hausse de 6,3 % par rapport à l’année précédente. Près de 60% des personnes diagnostiquées étaient des femmes et 66% de tous les cas étaient des personnes de moins de 25 ans.

Le pire à Oslo
Le taux de diagnostic est le plus élevé à Oslo depuis trois ans, et le FHI qualifie l’augmentation de capital de « significative » au cours des dix dernières années.

Alors qu’Oslo compte 890 cas de chlamydia pour 100 000 habitants, Troms et le Finnmark sont juste derrière, avec 701. Trøndelag, avec 602 cas pour 100 000 habitants, est à la troisième place.

Innlandet se situe à l’opposé de l’échelle, avec seulement 362 cas.

Augmentation continue de la gonorrhée
Le nombre de cas enregistrés de gonorrhée continue d’augmenter et l’année dernière, 1 703 cas ont été enregistrés, soit 44 de plus qu’en 2018.

« Nous craignons que la tendance à un nombre élevé de cas de gonorrhée ne se poursuive », déclare Nilsen.

1 327 des cas de l’année dernière concernaient des hommes, dont 970 hommes ont été infectés par d’autres hommes. Il s’agit d’une légère baisse par rapport à l’année précédente, lorsque 1 017 hommes avaient été infectés par d’autres hommes.

Les cas de gonorrhée chez les femmes ont triplé au cours des dix dernières années et, pour la première fois, plus de cas ont été enregistrés chez les femmes hétérosexuelles que chez les hommes hétérosexuels.

Moins de cas de VIH et de syphilis
Les cas enregistrés de VIH ont diminué de 10 %, passant de 191 cas en 2018 à 172 cas en 2019. Le groupe le plus à risque est celui des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, ainsi que des hommes hétérosexuels voyageant à l’étranger et en particulier en Asie du Sud-Est.

Le nombre de cas de syphilis continue également de baisser en Norvège. En 2019, 206 cas de syphilis ont été enregistrés, soit une réduction de près de 11%. 192 des cas concernaient des hommes.

«Vous êtes particulièrement à risque d’infection dans les grandes villes ou lors de voyages de vacances dans les grandes villes européennes. Dans ce groupe, les hommes issus de l’immigration et séropositifs sont particulièrement vulnérables à l’infection par la syphilis », explique Nilsen.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui