Remords après les arrestations de la manifestation Sian - 5
Démonstration SianBergen.Démonstration Sian.Photo : Eivind Senneset / NTB scanpix

Plusieurs de ceux qui ont été arrêtés après avoir attaqué le leader Sian à Bergen le week-end dernier ont déclaré à Bergens Tidende qu’ils regrettaient d’avoir laissé leur frustration prendre le dessus.

Le leader Sian Lars Thorsen a dû se faire trois points de suture après les attaques de manifestants qui ont dépassé les barrages routiers de la police. Deux des trois inculpés ont parlé à Bergens Tidende.

Ils sont originaires du Moyen-Orient et sont à la fin de l’adolescence et au début de la vingtaine. Ils disent qu’ils connaissaient bien l’organisation avant.

– « Nous avons vu le leader Sian brûler le Coran et des choses du même genre », raconte un jeune de 19 ans qui est accusé d’agression.

Ils disent avoir été encouragés par les gens de la mosquée à ne pas participer à la manifestation. Aucun d’entre eux ne dit avoir prévu de prendre le contrôle de la barricade, de lancer des pierres ou des œufs, ou d’attaquer le chef Sian. Cela a changé après que Thorsen soit monté sur le podium.

– « Il a dit des choses cruelles sur l’Islam et le Coran. Nous avons du mal à comprendre pourquoi il est permis de dire des choses aussi haineuses. Nous voulions l’arrêter. Mais c’est allé trop loin », confie le jeune homme de 19 ans.

Dans une vidéo scanpix de NTB enregistrée lors de la manifestation, il est indiqué que l’attaque contre le leader Sian a eu lieu juste après que Thorsen ait qualifié Mahomet de « faux prophète ». Un témoin a confirmé la même chose à VG.

Au total, 18 personnes font l’objet d’une enquête par la police après l’incident, notamment pour jets de pierres et conduite désordonnée. Certains sont inculpés de plusieurs chefs d’accusation.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui