Après trois décennies, Per Sandberg quitte le Parti du progrès - 3

L’ancien chef adjoint et ministre du Parti du progrès (FrP), Per Sandberg, a démissionné du parti. Il se rend maintenant disponible pour les libéraux.

« J’ai promis un grand retour, et me voici », a déclaré Sandberg dans un communiqué de presse.

Il a fait connaître sa décision dans un discours prononcé dimanche à l’assemblée nationale des libéraux.

Découvrez un magnifique Fjord

L’ancien chef du FrP dit avoir fait de nombreux bilans avant de se prononcer.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

« J’ai décidé que, si les libéraux voient une ressource en moi, je me rendrai disponible pour eux », a-t-il déclaré dans le discours.

« Aujourd’hui, les libéraux sont le seul parti qui protège les valeurs libérales. C’est similaire à FrP en son temps et est très radical dans certains domaines. Ces voix sont plus que jamais nécessaires dans la politique norvégienne », a déclaré Sandberg au journal Dagbladet, qui a révélé l’histoire.

Sandberg a en outre complimenté la politique commerciale, la politique d’immigration et la crédibilité des libéraux dans leur travail pour réduire le secteur public.

Une ressource pour les libéraux

« Le projet politique le plus important des libéraux est de parvenir à une vie quotidienne sûre, à une prospérité accrue et à une plus grande diversité grâce à la protection des droits individuels », écrit le parti sur son site Internet.

Le parti a été fondé en 2014 et compte des équipes dans huit comtés, mais il n’y a pas de représentants élus au niveau local, régional ou national.

«Sandberg est une ressource qui fournira au parti, qui est relativement nouveau et inconnu pour beaucoup, des connaissances utiles. Il sera un ouvre-porte dont nous ne pouvions que rêver (avant) », a déclaré le chef nouvellement élu des libéraux, Ronny Skjæveland.

« Je suis sûr qu’il peut nous aider à amener les libéraux à un tout autre niveau et à nous rendre beaucoup plus visibles et pertinents que nous ne l’avons été jusqu’à présent », a-t-il ajouté.

Homme politique du FrP central

Pendant de nombreuses années, Per Sandberg (60 ans) a été un homme politique très important dans la FrP.

Il a été député de 1997 à 2017.

En tant que premier chef adjoint du parti entre 2006 et 2018, il était l’un des plus proches partisans de l’actuel chef du parti Siv Jensen.

Il a joué un rôle central dans la formulation de la politique et le travail du programme du parti.

Cependant, ces derniers temps, Sandberg s’est affronté à plusieurs reprises avec le Parti du progrès.

« La FrP manque de valeurs libérales. Même s’ils les ont sur papier, le parti a entre deux ou trois ailes. Le FrP est incapable de se concentrer sur les valeurs libérales. Malheureusement, une grande partie de FrP se concentre davantage sur les valeurs nationalistes », a déclaré Sandberg à Dagbladet.

Terme turbulent

Après avoir d’abord annoncé qu’il ne souhaitait pas devenir ministre à l’automne 2013, Sandberg a néanmoins été nommé ministre dans le gouvernement d’Erna Solberg (H).

Il a été ministre des Pêches entre 2015 et 2018.

Au printemps 2018, il est devenu ministre de la Justice et de la Gestion des urgences après la démission du membre du parti Sylvi Listhaug.

Cependant, le dernier mandat de Sandberg au gouvernement a été mouvementé.

En août 2018, il a démissionné de son poste de ministre des Pêches et de chef adjoint du FrP après des révélations selon lesquelles il avait pris son téléphone officiel lors d’un voyage privé en Iran contre l’avis du PST et sans en informer le bureau du Premier ministre.

Sandberg pense que son départ n’était pas dû à l’utilisation du téléphone portable. Il pense que sa chute est la faute des médias et d’autres politiciens qui ont scruté sa relation avec sa petite amie, d’origine iranienne.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui