Le gouvernement propose de supprimer la «pension des veuves / veufs» - 3

Le régime actuel avec des pensions complémentaires pour les veuves et les veufs devrait être supprimé, estime le gouvernement. Les femmes sont les perdantes, selon l’Association des retraités (Pensjonistforbundet).

Cet automne, le gouvernement présentera une proposition de restructuration des prestations pour veuves et veufs dans le cadre de la réforme des retraites, écrit Dagbladet. Le gouvernement vise à mettre en œuvre le changement à partir de 2023.

«Les prestations de veuve et de veuf proviennent d’une autre époque où la Norvège était très différente et où la plupart des femmes n’étaient pas au travail», déclare au journal le ministre du Travail et de l’Inclusion sociale Torbjørn Røe Isaksen (Høyre).

Découvrez un magnifique Fjord

Il souligne que le nombre de bénéficiaires de «pensions de veuves et de veufs» a diminué de plus de la moitié depuis les années 1970 pour s’établir à 17 000 bénéficiaires. Dans le même temps, il souligne que la proposition contiendra des dispositions transitoires raisonnables.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Le secrétaire général, Harald Olimb Norman, de l’Association des retraités, critique vivement la proposition.

«Il est facile de siéger dans les bureaux du gouvernement et de faire des théories selon lesquelles les femmes devraient avoir un emploi à plein temps et le même salaire que les hommes. Mais en pratique, il n’en est rien. Nous savons que de nombreuses femmes travaillent à temps partiel – beaucoup aussi involontairement – et que les salaires des femmes sont inférieurs en pourcentage à ceux des hommes », souligne-t-il.

En 2017, un comité nommé par le gouvernement a proposé de remplacer les prestations d’assurance nationale pour les veuves et les veufs de moins de 67 ans par une aide à l’ajustement limitée dans le temps.

Le comité a également préconisé la suppression progressive des règles spéciales qui peuvent offrir aux veuves et aux veufs des pensions de vieillesse et d’invalidité plus élevées, les soi-disant droits des survivants.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui