De nombreux jeunes Norvégiens sont aux prises avec des problèmes de santé mentale, selon une nouvelle étude - 3

Au cours des 30 dernières années, de plus en plus de jeunes norvégiens sont aux prises avec des problèmes de santé mentale. La pandémie rend la vie quotidienne plus difficile, selon une étude.

«Nous avons constaté une augmentation constante des problèmes de santé mentale chez les jeunes depuis le début des années 1990», a déclaré le chercheur de NOVA Anders Bakken à Oslo Met au bureau de presse NTB.

Le rapport Ungdata de cette année, qui a été publié cet automne, a montré, cependant, que l’augmentation s’est arrêtée pour la première fois, mais les enquêtes sur le rapport ont certes été interrompues avec la pandémie.

Découvrez un magnifique Fjord

Bakken souligne qu’il est assez courant pour les jeunes de lutter contre diverses affections mentales mineures à l’adolescence, mais il est toujours préoccupé par le fait que beaucoup sont aux prises avec des conditions importantes et persistantes.

Découvrez un magnifique Fjord

«Ce que nous constatons, c’est que les jeunes qui signalent des problèmes de santé mentale ont une vie plutôt mauvaise dans de nombreux domaines.

«Ils éprouvent plus souvent de l’insatisfaction à l’école, plus d’intimidation, des problèmes dans les relations avec les autres et plus de pression dans la vie de tous les jours», a-t-il déclaré.

« Inquiétant »

Plus d’un jeune sur trois déclare que la pandémie a rendu la vie plus difficile, a noté une récente enquête menée par Ipsos pour le compte de la Croix Bleue.

L’augmentation de la consommation d’alcool à la maison et les problèmes de santé mentale font que de nombreux jeunes redoutent Noël cette année.

Le ministère de la Santé dit qu’il est inquiétant que tant de jeunes soient aux prises avec des problèmes de santé mentale.

«La pandémie et les mesures strictes de contrôle des infections ont entraîné une tension supplémentaire pour beaucoup, et peut-être surtout pour les jeunes.

«Les jeunes ont beaucoup sacrifié, et nous savons que beaucoup sont seuls et regrettent d’être avec leurs amis», a déclaré la secrétaire d’État Maria Jahrmann Bjerke (H) à NTB.

La semaine dernière, le gouvernement a proposé un financement supplémentaire de 160 millions de NOK pour les groupes vulnérables, qui, entre autres, aidera à prendre soin de la santé mentale des étudiants.

Cette semaine, les autorités sanitaires ont envoyé une enquête à 55 000 Norvégiens à travers le pays pour cartographier comment la pandémie a affecté leur psychisme.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui