Majorité au parlement norvégien contre le placement de jeunes dans des maisons de retraite: "Cela doit être interdit" - 3

La pratique consistant à placer les jeunes dans des institutions pour personnes âgées contre leur gré est devenue courante dans plusieurs communes. Maintenant, plus de politiciens veulent interdire cette pratique.

Bien que le parlement norvégien (Storting) ait décidé à plusieurs reprises que les enfants et les jeunes, ainsi que les personnes de moins de 50 ans, ne devraient pas pouvoir être placés dans des maisons de retraite s’adresse aux jeunes ayant des besoins spéciaux.

Maintenant, il y a une majorité au Storting qui veut réglementer et mettre en avant une interdiction de cette pratique, selon le journal VG.

Découvrez un magnifique Fjord

« Doit être banni »

«Le placement de jeunes dans des maisons de retraite médicalisées doit être interdit. Une interdiction légale est nécessaire pour que les municipalités mettent fin à cette pratique », a déclaré le politicien du Storting Kari Kjønaas Kjos (FRP).

Découvrez un magnifique Fjord

«J’ai vu les différents suivis dont bénéficient les jeunes ayant des besoins spéciaux en fonction de la commune dans laquelle ils vivent.

«Et j’ai vu que lorsque les municipalités placent des enfants et des jeunes dans des maisons de retraite, il s’agit d’un manque de volonté ou de compétence», a déclaré Kjos à VG.

Elle estime que les décisions précédentes du Storting comportent des lacunes qui permettent aux municipalités de poursuivre la pratique.

Neuf enfants de moins de 18 ans et 94 personnes âgées de 18 à 49 ans vivent actuellement dans une institution pour personnes âgées, selon les chiffres de la Direction norvégienne de la santé.

« Large accord »

Alors que trois des enfants mineurs voulaient déménager, 24 des jeunes et des adultes voulaient une autre maison, selon le journal.

«Je suis heureux qu’il y ait un large accord sur le fait que nous allons maintenant mettre en place une réglementation légale», a déclaré le ministre de la Santé Bent Høie (H) à VG.

Mais il reste encore un long chemin à parcourir avant qu’une décision puisse être prise.

Le ministère de la Santé et des Services de soins doit d’abord préparer une facture, qui à son tour doit être renvoyée au Storting pour décision.

Une décision d’interdiction peut donc intervenir au plus tôt à l’automne prochain.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui