PHOTOS: des archéologues démêlent 6000 ans de chasse au renne en Norvège à l'aide de flèches - 51

68 flèches ont été trouvées au cours d’une étude archéologique de plusieurs années sur la banquise de Langfonne en Norvège. Cette découverte record comprend la plus grande quantité de flèches jamais trouvée sur un seul site gelé.

Derrière cette découverte révolutionnaire se cachent des archéologues de Secrets of the Ice (SOTI). Pour en savoir plus sur leurs efforts fascinants, consultez notre série d’articles en deux parties qui plonge dans la vie et le travail d’un archéologue des glaces ici et ici.

La banquise au trésor de Langfonne

L’équipe de recherche de SOTI a publié ses récentes réalisations dans un article intitulé Interprétation des processus de formation de sites archéologiques dans une plaque de glace de montagne: une étude de cas de Langfonne, Norvège dans la revue scientifique Holocène.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Le site de la découverte et l’objet de l’étude est la plaque de glace de Langfonne, qui s’étend sur 60 acres, nichée dans les montagnes Jotunheimen du comté d’Innlandet, dans le centre de la Norvège.

Découvrez les Aurores Boréales

Carte des sites de glace dans le comté d’Innlandet, Norvège avec Langfonne marqué. Dessin: Lars Pilø / Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet

Dr Lars Holger Pilø, pionnier de l’archéologie glaciaire, donne plus de détails sur la banquise:

«Langfonne est un site archéologique fantastique, situé dans un paysage de montagne rude et magnifique. Les rennes errent toujours dans la glace et la neige ici comme ils le faisaient à l’âge de pierre.

Rennes à Langfonne
Les rennes se déplacent sur la glace et la neige pendant les journées chaudes de juillet et août pour éviter de harceler les botflies. Cela a fourni une opportunité pour les anciens chasseurs de rennes. Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet

«Avec le retrait de la glace en raison du changement climatique, les preuves de la chasse ancienne à Langfonne réapparaissent de ce qui est, par essence, des archives gelées. La fonte des glaces, aussi triste soit-elle, offre une opportunité archéologique sans précédent pour de nouvelles connaissances.

Des découvertes vieilles de 6000 ans

Et à condition que la plaque de glace ait certainement: en plus des 68 flèches, 290 découvertes de matériel faunique (principalement des os et des bois de renne), ont été récupérées.

102 des découvertes totales ont été datées au radiocarbone – y compris presque toutes les flèches.

La date la plus ancienne remonte à 4000 av. J.-C. et la plus jeune remonte à l’âge viking.

«Les périodes avec le plus grand nombre de flèches étaient des périodes avec très peu de découvertes de rennes. La période de la flèche maximale trouve, entre c. AD 540-1160, a donné seulement deux bois, qui avaient tous deux des marques coupées de la récolte par les humains.

«Ce n’est sûrement pas une coïncidence. Il semblerait que les pics de flèches préservent les preuves d’une chasse accrue malgré l’évolution des conditions de conservation au fil du temps », déclare James H. Barrett, archéologue à l’Université de Cambridge et co-auteur de l’étude.

Mais qu’est-ce qui cause les variabilités de conservation et de quantité? S’agit-il d’une activité humaine ou de processus naturels?

«L’archéologie glaciaire a le potentiel de transformer notre compréhension de l’activité humaine»

Le Dr Pilø explique que l’un ou l’autre des facteurs peut influencer les découvertes de glace, en disant: «Les plaques de glace ne sont pas vos sites archéologiques habituels. Ils sont situés en haute montagne dans un environnement froid et hostile.

Plaque de glace de Langfonne
Vue d’ensemble de la banquise de Langfonne, prise du sol au sommet. Photo: Glacier Programme d’archéologie, Conseil du comté d’Innlandet

«Qu’arrive-t-il aux trouvailles une fois qu’elles sont perdues dans la neige? De quelle manière le mouvement de la glace, l’eau de fonte, le vent et l’exposition affectent-ils les découvertes? L’impact de la nature est-il si massif que nous ne pouvons pas obtenir d’informations historiques au-delà de ce que nous pouvons apprendre des découvertes individuelles, disons une flèche?

Plaque de glace de Langfonne
Vue d’ensemble de Langfonne depuis le sommet, prise depuis un hélicoptère

«C’est une question cruciale mais non résolue dans le nouveau domaine de l’archéologie glaciaire». Le Dr Pilø ajoute: «L’archéologie glaciaire a le potentiel de transformer notre compréhension de l’activité humaine dans les hautes montagnes et au-delà.

«Cependant, dans chaque cas, nous devons examiner attentivement comment les processus naturels peuvent avoir altéré les archives archéologiques. Sans une telle analyse, nous pouvons confondre les schémas des enregistrements produits par des processus naturels avec des traces d’activités humaines.

Découvertes records de la banquise de Langfonne, en photos

Flèche de Langfonne
Une flèche de 1300 ans telle qu’elle a été trouvée gisant dans les éboulis, près de la glace fondante. Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Flèche de Langfonne
Gros plan d’une flèche de 1300 ans avec la pointe de flèche toujours dans le puits et les restes de la tendon qui le fixait à l’origine. Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Flèche de l'âge viking
Foreshaft pour une flèche Viking Age avec une pointe de flèche avec un bord spécial «fendu». Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Flèche de Langfonne
Flèche bien conservée trouvée juste après avoir été libérée par la fonte des glaces. Radiocarbone daté d’environ 1300 ans. Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Flèche de Langfonne
Une flèche vieille de 4000 ans trouvée juste après avoir fondu à la surface de la glace. Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Pointe de flèche de Langfonne
Un membre de l’équipe (Elling Utvik Wammer) tient une petite pointe de flèche en quartzite. Une date au radiocarbone de la tige de flèche appartenant à la pointe de flèche nous indique qu’elle a 4000 ans. Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Pointe de flèche de Langfonne
Une pointe de flèche vieille de 4000 ans en quartzite, juste après avoir été tirée de la terre sous une flèche. Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Pointe de flèche de Langfonne
Un membre de l’équipe (Tessa de Roo) tenant une pointe de flèche en fer. L’arbre de flèche appartenant à la pointe de flèche a donné une date de c. Il y a 1500 ans. Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Flèche de Langfonne
Petit fragment de tige de flèche, trouvé dans les éboulis sous la plaque de glace. Il s’agit du premier puits du site de Langfonne, daté d’il y a 6000 ans – la plus ancienne découverte de glace en Europe du Nord. Photo: Reidar Marstein / Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Bois de renne
Un grand bois de renne avec une partie du crâne toujours attachée, comme il a été trouvé dans les éboulis sous la plaque de glace. Radiocarbone daté à c. 800 ans. Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Répartition des trouvailles de Langfonne
Répartition de toutes les trouvailles récupérées à Langfonne. La marge de glace mesurée / cartographiée date d’août 2014, dernière année de retrait majeur des glaces. Le périmètre de relevé délimite la zone hors glace qui a été systématiquement étudiée. L’étendue de la LFZ est estimée à partir de photos aériennes, tandis que l’étendue maximale estimée du petit âge glaciaire est basée sur Grønås (2019). Carte: Lars Pilø / Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet

L’équipe de recherche de Langfonne en action!

Des chercheurs
Les zones d’étude autour de la glace en retrait sont vastes. Ils sont étudiés systématiquement et intensivement, avec seulement 2 mètres entre les enquêteurs. Lorsqu’une découverte est découverte, l’arpenteur pose un marqueur et continue. La découverte sera récupérée plus tard par une équipe de recherche. Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Chercheur à Langfonne
Un membre de l’équipe (Julian Post-Melbye) prend une photo d’une flèche dans les éboulis. Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Équipe d'enquête à Langfonne
Une fois que suffisamment de découvertes ont été faites, deux membres de l’équipe se séparent de l’équipe d’enquête et commencent à documenter et à collecter les découvertes. Ils utilisent un GPS de haute précision pour mesurer la position de chaque trouvaille. Julian Post-Melbye (à gauche) et Øystein Rønning Andersen (à droite). Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Equipe terrain de Langfonne
L’équipe de terrain de Langfonne 2014, comprenant quatre des auteurs (de gauche à droite: Barrett, Finstad, Pilø et Post.Melbye). Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Flèche avec chercheur
Il s’agit d’une flèche qui est sortie de la glace depuis un certain temps, mais qui a été préservée par lyophilisation naturelle. La pointe de flèche, le tendon et le fletching ont été perdus, seul le bois de la tige est conservé. La mousse a commencé à pousser dans la région. Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Camp de base SOTI
Le camp de base de 2014 était situé sur le pergélisol devant la plaque de glace la plus basse. La fine couche de la vieille glace derrière le camp est clairement visible. Photo: secretsoftheice.com
Camp de base des plaques de glace
Le temps en haute montagne est imprévisible. Parfois, le travail sur le terrain est interrompu par la neige, comme cela s’est produit en 2014 (et à d’autres occasions). Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Camp de base de Langfonne
Un aperçu de la partie supérieure du site, montrant le paysage rude. Renne sur la neige à l’arrière. Une partie du camp de base 2016 au premier plan. Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Bénévole Langfonne
Pause déjeuner pendant le travail de terrain. Un bénévole qui a participé au travail de terrain de 2016 (Enok Groven) se repose devant la tente du mess. Devant lui se trouvent d’anciens bois de renne récoltés sur le site. Le renne peut être vu sur la neige en arrière-plan. Photo: Programme d’archéologie des glaciers, Conseil du comté d’Innlandet
Chercheurs sur les plaques de glace
Cartographie de la glace avec un radar pénétrant dans le sol en mars 2017. Photo: Kjell Nyøygard

Photos et informations photo gracieuseté de Secrets of the Ice.