Expert: les mesures norvégiennes contre les coronavirus sont un exercice d'équilibrage des droits humains - 3

Selon le directeur de l’Institut norvégien des droits de l’homme, au moins deux des mesures pendant la pandémie de coronavirus peuvent avoir manqué de base légale.

«L’isolement des prisonniers en prison et une ordonnance de non-respect dans des logements adaptés pour les handicapés mentaux aux premiers stades de la pandémie sont probablement les mesures qui ont été particulièrement problématiques en matière de droits de l’homme», Adele Matheson Mestad, directrice de l’Institut norvégien pour les droits de l’homme (NIM), noté.

Jeudi, elle rencontrera le ministre de la Santé Bent Høie (H) pour discuter exactement de la manière dont les droits de l’homme ont été protégés pendant le COVID-19.

Il n’est pas très facile de répondre à la question, précisément parce que plusieurs considérations doivent être constamment mises en balance les unes par rapport aux autres – y compris les évaluations professionnelles de la lutte contre les infections.

«Lorsque le gouvernement met en œuvre des mesures pour protéger (les personnes) contre une maladie infectieuse grave, c’est pour protéger le droit à la vie et à la santé, qui est une obligation fondamentale en matière de droits humains», a souligné Mestad.

«Il y a tout le temps des considérations contradictoires. Les mesures de protection des droits de l’homme interviennent dans les droits de l’homme et doivent être mises en balance les unes par rapport aux autres.

«Les droits de l’homme peuvent en fait être utiles lorsqu’il s’agit de trouver cet équilibre et l’ordre des choses lorsque des décisions doivent être prises», a-t-elle déclaré.

Høie: – Bonnes critiques

Le ministre de la Santé Bent Høie’s (H) estime que les droits de l’homme ont été pris en considération.

«Je crois que de bonnes évaluations ont été faites des droits de l’homme. J’en suis presque sûr », a-t-il déclaré au bureau d’information NTB.

Afin de respecter les droits de l’homme, les politiciens doivent mettre toutes les mesures en balance avec une exigence de «proportionnalité», à savoir que les mesures sont proportionnées à ce contre quoi elles protègent.

«Ce n’est pas le cas qu’il sera toujours contraire aux droits de l’homme d’avoir un règlement qui détermine le nombre de personnes que vous pouvez avoir à la maison, mais il y a un seuil plus élevé pour cela», a noté Høie.

Considérations importantes

Mestad a également souligné que les politiciens peuvent adopter des lois et des règlements qui interfèrent avec les droits de l’homme, mais qu’ils doivent être fondés sur la loi, servir un objectif juridique et être proportionnés.

«Nous avons également vu cela pendant la pandémie. Règles qui restreignent la liberté de réunion, la liberté de mouvement, le droit à la vie privée et familiale et les mesures qui interfèrent avec les droits de propriété.

«Ensuite, il y a d’autres mesures, comme la fermeture d’écoles, qui peuvent toucher des groupes particulièrement vulnérables…», a-t-elle noté.

Mestad estime que l’une des choses les plus importantes pour la sauvegarde des droits de l’homme pendant la pandémie est que le gouvernement implique autant que possible le secteur des ONG, le parlement norvégien et d’autres acteurs.

De cette manière, il est plus facile de cartographier à l’avance les zones problématiques.

«Ce dont on a toujours peur, c’est que ce type de crise donne des pouvoirs trop importants aux autorités», a-t-elle ajouté.

Un autre problème est que les gens s’habituent progressivement à des mesures de plus en plus intrusives – et oublient peut-être à quel point ces mesures sont restrictives.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui