Une cinquième personne a été retrouvée morte dans la zone de glissement de terrain à Gjerdrum: "Il s'agit toujours d'une opération de sauvetage" - 3

Une nouvelle personne a été retrouvée morte dans le glissement de terrain à Gjerdrum juste avant 6 heures dimanche matin, a informé la police.

«Juste avant 6 heures, une nouvelle découverte d’un mort a été faite. La personne a été retrouvée par des équipes USAR des services d’incendie et de secours d’Oslo, qui ont travaillé sur le terrain dans la zone de glissement de terrain toute la nuit », a écrit le district de police de l’Est dans un message à 7h30 dimanche.

Des travaux sont actuellement en cours pour transporter la personne hors de la zone.

Allez voir les Baleines en Catamaran

La police n’a actuellement aucune autre information sur la personne décédée.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Ainsi, un total de cinq des dix personnes qui n’ont pas été retrouvées après le glissement de terrain de mercredi ont été retrouvées mortes.

Trois ont été retrouvés samedi, tandis qu’une personne a été retrouvée vendredi.

Jusqu’à présent, seule la personne retrouvée vendredi a été identifiée. C’était Eirik Grønolen.

La recherche continue

Les pompiers sont toujours à la recherche d’éventuels survivants dans la zone de glissement de terrain à Gjerdrum, ont informé les pompiers.

«Il s’agit toujours d’une opération de sauvetage. Il est important de le souligner », a déclaré le directeur des opérations Kenneth Wangen du service d’incendie lors d’un point de presse dimanche matin.

Le service d’incendie a recherché des survivants tout au long de la nuit et a élargi la recherche.

«Nous cherchons principalement dans des bâtiments où il y a un espoir de trouver des survivants», a déclaré Wangen.

Il a ajouté que les températures froides rendent les conditions plus sèches, ce qui rend la zone un peu plus sûre. Il a souligné qu’il s’agissait encore d’une opération risquée.

Les équipes de sauvetage ont utilisé des chiens pour les recherches dans la zone de glissement de terrain toute la nuit.

Ils ont utilisé les informations de la police pour mettre les chiens au travail là où il y a un espoir de trouver des survivants.

«Nous développons actuellement deux secteurs et nous en étendrons un plus au nord dans une autre zone d’intérêt», a indiqué M. Wangen.

Il y a cinq groupes qui travaillent dans la zone du glissement de terrain.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui