Un policier accusé d'avoir battu un patient aux urgences d'Arendal - 3

Un policier est accusé d’avoir frappé plusieurs fois au visage un malade mental aux urgences d’Arendal en janvier de l’année dernière.

Selon l’acte d’accusation, le policier a été appelé pour aider un patient au franc-parler, souffrant de troubles mentaux et gravement alcooliques qui devait être soigné aux urgences d’Arendal dans la nuit du 9 janvier de l’année dernière.

Lorsque le patient a refusé de s’allonger sur une civière, le policier l’aurait poussé sur la civière et l’a frappé au visage à plusieurs reprises.

Allez voir les Baleines en Catamaran

«Les coups ont entraîné une coupure sous l’œil gauche et un gonflement autour de l’œil gauche, des plaies hémorragiques dans la bouche et une égratignure sur le côté droit du front», indique l’acte d’accusation.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Le policier, âgé d’une quarantaine d’années, est accusé de voies de fait graves et de manquement grave à ses obligations.

Détails du cas

Le Bureau norvégien d’enquête sur les affaires policières, qui a émis l’acte d’accusation sur ordre du procureur général, estime que le patient ne s’est pas comporté de manière menaçante ou dangereuse d’une manière qui rendait les coups nécessaires et justifiables.

En novembre, le journal Agderposten a écrit que l’affaire avait initialement été classée par le chef du Bureau d’enquête, malgré le fait que leurs propres enquêteurs avaient recommandé de porter plainte.

Cependant, le patient s’est plaint au procureur général, qui a demandé au Bureau d’émettre un acte d’accusation.

Le procès contre le policier commence le 1er février devant le tribunal de district d’Aust-Agder.

Quatre jours ont été réservés pour l’affaire.

© NTB Norway.mw / #La Norvège aujourd’hui