Le gouvernement norvégien prolonge le programme de licenciement jusqu'au 1er juillet - 3

Le gouvernement norvégien a décidé de prolonger le programme de licenciement jusqu’au 1er juillet. «Un pas dans la bonne direction», estime le Parti du progrès (FRP).

Cela signifie que le régime est prolongé pour ceux qui, autrement, le quitteraient parce qu’ils ont été mis à pied pendant un an.

«Nous faisons cela simplement pour nous assurer qu’un plus grand nombre de ceux qui ont été licenciés, et qui finissent par retrouver leur emploi, ne tombent pas du programme», a déclaré le ministre du Travail et des Affaires sociales Henrik Asheim (Høyre / Parti conservateur) Radiodiffusion norvégienne (NRK).

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Environ 60 000 Norvégiens ont été licenciés en tout ou en partie à la suite de la pandémie corona en Norvège.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

L’été dernier, la période de licenciement est passée de six mois à un an (26 à 52 semaines).

Une poussée de l’opposition

Pas plus tard que dimanche, le gouvernement a déclaré qu’il n’était pas encore pertinent de prolonger le programme.

«Le gouvernement est prêt à négocier des changements dans les règles de licenciement», a déclaré à l’époque la Première ministre Erna Solberg (H) au bureau de presse NTB.

Dimanche, le journal VG a annoncé que le FRP était prêt à s’associer au Parti travailliste (AP), au Parti du centre (SP) et au Parti de la gauche socialiste (SV) pour prolonger la période de licenciement.

Ainsi, une majorité au parlement norvégien (Storting) soutient l’extension de la période de licenciement au-delà des 52 semaines qui s’appliquent actuellement.

Assurance à long terme

Le chef adjoint du FRP, Sylvi Listhaug, a déclaré que la décision était un pas dans la bonne direction.

«Quand ils voient que la majorité au parlement veut une prolongation, ils doivent juste y donner suite», a déclaré Listhaug.

Le FRP souhaite que le régime soit prolongé jusqu’au 1er octobre afin de disposer d’une solution garantissant une perspective à long terme tant pour le monde des affaires que pour les salariés licenciés.

A ajuster au besoin

Listhaug pense que la ligne du gouvernement a conduit à l’incertitude.

«Erna Solberg a dit avec un peu d’arrogance que ceux qui ont été licenciés doivent postuler à un emploi. Mais quand tant d’industries sont en difficulté, il n’y a pas grand-chose à demander », a déclaré Listhaug.

«Lorsque nous avons dépensé plus de 100 milliards de NOK en mesures de crise, nous ne pouvons pas céder sur le côté droit et laisser des milliers de personnes derrière nous.

«Si nous continuons maintenant, nous aiderons les gens à conserver leur emploi et les entreprises pourront éviter de faire faillite.

«J’espère que les gens ne tarderont pas à retrouver une vie quotidienne plus normale. Jusqu’à ce que cela se produise, nous devons nous lever », a-t-elle déclaré.

Asheim a déclaré à NRK que le gouvernement avait toujours dit qu’il ajusterait le programme en fonction des besoins qu’il voit.

Sage décision

Les syndicats sont très heureux que le programme de licenciement soit élargi. Parat pense que c’est une sage décision.

«Sans prolongation de la période de licenciement, les entreprises devront licencier tous ceux qui ont été licenciés dans les mois à venir. Cela n’a aucun sens maintenant que le vaccin est là », a déclaré le chef de Parat Unn Kristin Olsen.

La Confédération des syndicats professionnels (YS) affirme que la pandémie affectera l’emploi dans les six mois à venir et qu’il faudra beaucoup de temps avant que nous revenions à un état normal.

Le chef du YS, Erik Kollerud, craignait que les mesures spéciales corona pour l’emploi soient interrompues prématurément.

«Cela aidera à sauver de nombreux emplois viables et à assurer la sécurité de milliers de travailleurs dans tout le pays», a noté Kollerud.