Une législation gouvernementale plus stricte est entrée en vigueur le 1er janvier. Une réduction de 10 % du quota d’exportation pour les touristes, une réglementation plus stricte, plus de documentation et des frais associés à l’impact de COVID-19 peuvent avoir un impact majeur sur les communautés norvégiennes qui dépendent de l’argent des touristes cette année.

Il n’est pas étonnant que les gens du monde entier affluent en Norvège pour pêcher. Avec le deuxième littoral le plus long du monde, une pléthore de lacs et de rivières vierges et d’immenses bancs de poissons de grande valeur et délicieux omniprésents, la Norvège est naturellement un endroit idéal pour la pêche touristique.

Cependant, de nouvelles règles pour le quota d’exportation de poisson touristique ne pourraient pas arriver à un pire moment étant donné que l’industrie du tourisme est aux prises avec l’impact de COVID-19 sur les voyages.

Pour tout pêcheur touristique en herbe, il existe différentes règles pour la pêche en eau salée et en eau douce.

La pêche en eau salée, tant qu’elle est à usage personnel, ne nécessite ni frais ni permis mais il existe quelques règles de bon sens sur l’utilisation du matériel, les espèces protégées (homards et thon rouge entre autres), et les tailles minimales.

Pour pêcher en eau douce, les touristes ont besoin d’un « fiskekort » (permis de pêche) du propriétaire foncier, qui peut être acheté dans les magasins de sport ou en ligne. Les prix varient de 60 NOK (pour une journée) à 685 NOK pour une année entière.

Quota de poisson réduit et plus de documentation

Cependant, ce processus devient plus difficile si vous souhaitez exporter vos prises hors de Norvège. Jusqu’à cette année, les pêcheurs touristiques étaient autorisés à exporter 10 kilogrammes de poisson pêché en Norvège.

Les nouvelles règles, cependant, verront non seulement le quota d’exportation réduit de 10 % (de 20 kilogrammes à 18 kilogrammes), mais le poisson devra avoir été pêché sous les auspices d’une entreprise de pêche touristique enregistrée. Seules les entreprises enregistrées auprès de la Direction norvégienne des pêches sont valables.

Des documents supplémentaires indiquant le nom, l’adresse et la TVA de l’entreprise, la durée du séjour, la quantité de poisson pêché seront également requis. Ces documents doivent être tamponnés et signés par le camp de pêche touristique enregistré avant de quitter la Norvège.

Le poisson ne peut désormais être exporté que deux fois par année civile avec une valeur inférieure à 5 000 NOK. Des règles différentes s’appliquent aux quantités plus importantes et les « poissons trophées » sont désormais également inclus dans le quota d’exportation de poisson.

Ce nouveau système a été mis en place à la fois pour réglementer la pêche touristique et pour arrêter les pratiques de pêche illégales. L’année dernière, la Direction des pêches a effectué 966 inspections d’engins de pêche récréative.

Quelque 656 inspections (près de 67 %) ont donné lieu à des signalements, des saisies ou des avertissements. On espère que le fait de permettre aux touristes de pêcher uniquement avec des entreprises de pêche dûment enregistrées contribuera à réduire les pratiques de pêche récréative illégales.

Le gouvernement a également doublé l’amende pour contrebande de poisson à 8 000 NOK.

Un bateau de pêche à Alesund. Photo: Mariamichelle / Pixabay

Nouveau dispositif pour aider les communautés côtières

Avec COVID-19 arrêtant essentiellement tout tourisme en Norvège, de nombreuses communautés côtières et régionales ont été financièrement dévastées. Ces communautés, nombreuses dans le nord et l’ouest de la Norvège, dépendent de l’industrie de la pêche non seulement comme principale source de revenus et d’emplois, mais aussi pour aider à peupler le littoral.

Un rapport du gouvernement, adopté l’été dernier, a vu un bouleversement de l’industrie de la pêche. Il a révélé que le système actuel de quotas commerciaux avait des conséquences économiques négatives pour bon nombre de ces communautés.

Pour aider à inverser cette tendance, les pisciculteurs norvégiens devront désormais payer une redevance de production de 40 øre par kilo de poisson vendu. Ce nouveau programme est estimé à environ 500 millions de NOK et sera utilisé pour aider les communautés côtières ravagées par le manque d’argent pour le tourisme.

Alors que la Norvège a commencé les vaccinations de masse le 15 janvier, le début de la fin des restrictions COVID est en vue.

Bien que le tourisme en Norvège soit sévèrement réduit cette année, il y a un espoir que lorsque les touristes étrangers pêcheurs affluent vers la Norvège, leur activité sera mieux réglementée pour le bénéfice financier des communautés dans lesquelles ils pêchent.

Source : #Norway.mw / #NorwayTodayTravel