L’autorité norvégienne de protection des données a annoncé qu’elle émettrait des frais de 100 millions de NOK à l’application de rencontres Grindr pour avoir enfreint les exigences de consentement du règlement sur la confidentialité du RGPD.

«Notre conclusion préliminaire est que Grindr a divulgué des informations personnelles sur les utilisateurs à un certain nombre de tiers sans base légale», a noté le directeur de l’Autorité de protection des données, Bjørn Erik Thon.

L’Autorité estime que Grindr a besoin du consentement pour partager ces informations personnelles et que le consentement recueilli via l’application n’est pas valide.

Selon l’autorité norvégienne de protection des données, l’application est basée sur la localisation et est principalement utilisée par les hommes gais et bisexuels, les personnes transgenres et les homosexuels.

«Nous pensons qu’être un utilisateur de Grindr est une catégorie spéciale d’informations personnelles sensibles qui devraient être protégées car elles disent quelque chose sur l’orientation sexuelle de la personne», a écrit l’Autorité dans un communiqué de presse.

Grindr: Dans l’attente du dialogue

Grindr a une date limite pour soumettre ses commentaires avant le 15 février.

«Nous pouvons confirmer que nous avons reçu la lettre de l’autorité norvégienne de protection des données. Nous allons maintenant passer du temps avec notre conseillère juridique Eva Jarbekk dans le cabinet d’avocats Schjødt pour répondre à l’avis », a déclaré Bjørn Richard Johansen de First House, qui est le porte-parole de Grindr en Norvège, dans un communiqué de presse.

Il déclare que Grindr continue d’améliorer ses pratiques de confidentialité «à la lumière des changements des règles européennes en matière de confidentialité».

«Grindr a hâte d’entamer un dialogue avec l’Autorité norvégienne de protection des données pour garantir de bonnes réponses et de plus amples informations relatives à l’avis que nous avons reçu.