Les Norvégiens pensent qu'une coopération internationale accrue est nécessaire pour arrêter une nouvelle pandémie, selon une nouvelle enquête - 3
Photo: Pressens Bild

Dans une nouvelle enquête, quatre Norvégiens sur cinq ont répondu que la coopération internationale était le meilleur moyen d’arrêter une nouvelle pandémie. Mais peu pensent qu’il y aura plus de coopération.

«La pandémie corona a montré à quel point nous sommes étroitement liés dans le monde, que nous devons faire face à des crises communes au-delà des frontières nationales.

«Il est intéressant que tant de Norvégiens croient que la coopération est la voie à suivre, mais ont encore si peu de foi que le monde se réunira pour des solutions communes», a noté le directeur du Norad, Bård Vegar Solhjell.

Dans une enquête menée par Norstat auprès de 1 000 Norvégiens en novembre, il apparaît que 82% des personnes interrogées estiment que la coopération internationale est le meilleur moyen d’arrêter une nouvelle pandémie.

Dans le même temps, seuls 27% ont répondu qu’ils pensaient en fait qu’il y aurait davantage de coopération internationale.

«Nous avons un travail à faire lorsqu’il s’agit de renforcer la confiance dans la coopération internationale», a déclaré Solhjell.