Une employée de NAV condamnée pour exploitation sexuelle d'un demandeur d'asile - 3

Une employée de NAV dans le nord de la Norvège a été condamnée à un an et deux mois de prison pour avoir utilisé sa position pour avoir des relations sexuelles avec un demandeur d’asile.

La femme était une consultante pour les réfugiés. La majorité du tribunal de district de Salten a conclu que la relation sexuelle entre eux était fondée sur le fait que la partie lésée craignait les conséquences s’il rejetait les avances de l’accusé.

Un co-juge a voté pour l’acquittement.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

La partie lésée avait particulièrement peur de ne pas obtenir l’approbation de sa demande de réunification avec son jeune frère (…). Pour cette raison, la partie lésée a fait ce qu’il croyait que le défendeur voulait de lui, à la fois sexuellement et en contact par messages, entre autres.

Il n’a pas osé rapporter ce qui se passait de peur de ne pas être cru, a écrit le juge du tribunal de district Tarjei Ræder Breivoll.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Fausse accusation de viol

La demande de regroupement familial a été rejetée et la femme était censée porter plainte.

Lorsque la victime a réalisé que la femme n’avait pas fait appel de la décision, il a mis fin à la relation.

« L’accusé a admis n’avoir jamais envoyé de plainte et a déclaré à cet égard qu’elle craignait que les retrouvailles entre la victime et son frère ne ruinent la relation entre elle et la victime », a écrit Breivoll.

La femme a par la suite dénoncé le demandeur d’asile pour viol, et elle a ensuite été accusée de faux témoignage – elle a été reconnue coupable par la majorité du tribunal de district.

La femme doit également payer 100 000 NOK à la partie lésée à titre de restitution.