Høyre met en garde contre l'espionnage universitaire: "NTNU devrait limiter le recrutement de boursiers en provenance de Chine, d'Iran, de Russie ..." - 3
Photo: Gorm Kallestad / NTB

«NTNU devrait limiter le recrutement de boursiers de Chine, d’Iran, de Russie et du Pakistan», note Hårek Elvenes (H). NTNU pense que la compétence l’emporte sur la nationalité.

«C’est assez grave que tant de doctorants. les étudiants ayant une place à NTNU viennent de Chine ou d’Iran. Un plafond doit être fixé pour le nombre d’étudiants et de chercheurs venant de pays avec lesquels la Norvège n’a pas de coopération en matière de sécurité », a déclaré le représentant parlementaire Hårek Elvenes au journal VG.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Dans la dernière évaluation nationale de la menace, le service de sécurité de la police (PST) a souligné que certains États pourraient exploiter les établissements d’enseignement et de recherche norvégiens pour un transfert illégal de connaissances.

Quatre pays sont identifiés comme les plus grandes menaces: la Russie, la Chine, l’Iran et le Pakistan.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Compétence sur la nationalité

Dans un e-mail adressé à VG, la recteur Anne Borg de NTNU a écrit que l’université recherche les meilleurs esprits, quel que soit leur pays d’origine.

«La Chine est depuis plusieurs années une nation partenaire souhaitée dans la stratégie du gouvernement pour l’enseignement supérieur et la coopération en matière de recherche (stratégie Panorama 2015-2020).

«Dans le même temps, nous devons réaliser que la Chine continuera d’être un partenaire stratégiquement important dans plusieurs domaines de la recherche et de l’éducation norvégiennes, également pour NTNU», a écrit Borg.

Elle dit qu’environ 10% des boursiers étrangers viennent de Chine et d’Iran.