FHI: les différences sociales ne sont pas la principale cause d'une infection plus élevée chez les personnes nées à l'étranger en Norvège - 3

Selon un rapport de l’Institut norvégien de santé publique (FHI), plus d’hospitalisations et plus d’infections corona parmi les groupes d’immigrants qu’ailleurs dans la population norvégienne ne sont que partiellement dues à des différences socio-économiques.

Dans leurs travaux sur le rapport, les chercheurs de la FHI se sont notamment penchés sur l’importance du faible niveau de scolarité, des revenus, de la surpopulation et des professions vulnérables en relation avec l’infection et les hospitalisations chez les personnes nées à l’étranger en Norvège.

Le directeur du département Thor Indseth de la FHI a déclaré que le rapport montre avant tout qu’il n’y a pas d’explication simple et simple pour une infection plus élevée dans la population immigrée et que les raisons sont complexes.

«Ce n’est pas le cas que la surpopulation ou l’occupation expliquent à elles seules les chiffres que nous observons», at-il déclaré dans un communiqué.

Surreprésenté

Les personnes nées à l’étranger représentent environ 16% de la population norvégienne. Entre le 15 juin 2020 et le 31 mars 2021, un total de 3140 personnes sur 100000 de ce segment de la population ont reçu un diagnostic d’infection à coronavirus.

Au cours de la même période, 1 175 des 100 000 personnes nées en Norvège ont reçu un diagnostic d’infection. Les proportions correspondantes pour les admissions à l’hôpital sont respectivement de 147 et 37 pour 100 000.

La semaine dernière, les personnes nées à l’étranger représentaient 39% des cas d’infection signalés et 56% des nouvelles hospitalisations liées à la corona, selon le rapport hebdomadaire de la FHI.

Au total, pendant la pandémie, les personnes nées à l’étranger représentent 36% des infections en Norvège depuis le début de la pandémie.

L’inégalité sociale, un facteur de risque

Indseth, à la FHI, affirme que les inégalités sociales isolées sont un facteur de risque à la fois d’infection et d’hospitalisation due au coronavirus.

«Néanmoins, les différences socio-économiques n’expliquent pas pourquoi la pandémie a frappé certains groupes d’immigrants plus durement que la population en général», a-t-il déclaré.

Le nouveau rapport de l’Institut norvégien de santé publique montre que l’âge, le sexe et la municipalité de résidence expliquent environ 21% de la surreprésentation en infection avérée chez les personnes nées à l’étranger.

La municipalité de résidence a la plus grande importance, mais il n’y a pas un seul facteur qui explique pourquoi la proportion d’infection est plus élevée dans la population immigrée, écrit le FHI.

Davantage de connaissances sont nécessaires

Dans le même temps, les enquêtes précédentes montrent que les personnes nées à l’étranger sont au moins aussi douées pour suivre les conseils en matière de distanciation sociale que le reste de la population. Ils se testent également plus que le reste de la population.

«Le fait que ces groupes se testent beaucoup est une bonne chose. Malgré cela, la proportion de personnes testées qui sont positives est encore beaucoup plus élevée dans de nombreux groupes d’immigrants que dans le reste de la population », a déclaré Indseth.

Il pense que cela peut indiquer qu’il y a une infection non enregistrée et qu’il est donc important d’avoir encore plus de tests. Étant donné que les chercheurs n’ont pas trouvé de réponses claires aux différences dans l’incidence des infections et des hospitalisations, ils pensent que cela peut signifier qu’un grand nombre de cas d’infection se produisent dans ces environnements.

Ils croient également qu’il est essentiel que les équipes de recherche des infections assurent une bonne communication et soulignent qu’il est important d’acquérir plus de connaissances sur davantage de problèmes liés à la santé des immigrants.