Les femmes sont plus actives que prévu dans les cercles extrémistes violents, selon un rapport suédois - 3
Illustration: Nuno Silva / Unsplash

Au total, 15% des membres des cercles extrémistes violents sont des femmes. C’est bien plus que ce que les chercheurs ont supposé auparavant.

Le nouveau rapport, financé par le Conseil nordique des ministres et réalisé par l’Institut suédois des études futures, montre que les femmes ont un rôle beaucoup plus actif dans l’environnement et les actes criminels que les recherches ne l’ont montré auparavant.

Le rapport est basé sur des enquêtes quantitatives en Suède. Les femmes recensées sont des membres de groupes extrémistes de gauche, d’extrême droite et islamistes violents.

Les crimes dont les femmes sont soupçonnées sont souvent des actes de violence.

Au total, 60% des femmes extrémistes de gauche ont été soupçonnées de crime. Pour les femmes des cercles islamistes violents ou d’extrême droite, les chiffres sont respectivement de 37% et 44%, rapporte NTB.