Étude: Les patients atteints de COVID gravement malades en Afrique ont un risque beaucoup plus élevé de mourir - 5

Les personnes en Afrique qui tombent gravement malades avec un coronavirus ont un risque beaucoup plus élevé de mourir que les patients en soins intensifs dans d’autres régions du monde.

Selon une nouvelle étude, qui a été publiée vendredi, la raison pourrait être un manque d’équipement pour les soins intensifs.

Le continent africain n’a jusqu’à présent pas été aussi durement touché par la pandémie que d’autres régions en termes de nombre d’infections et de décès.

Cependant, les auteurs de l’étude estiment que le taux de mortalité de ceux qui tombent malades est peut-être encore plus élevé que ce que montre l’étude, car les données sont incomplètes.

«Notre étude est la première à fournir une image détaillée et complète de ce qui arrive aux personnes gravement atteintes du COVID-19 en Afrique», a déclaré Bruce Biccard, de l’hôpital Groote Schuur et de l’Université du Cap, dans un communiqué.

Manque de ressources?

«Malheureusement, cela indique que notre capacité à fournir un traitement adéquat est affaiblie par le manque d’unités de soins intensifs et les ressources limitées dans les unités de soins intensifs», a-t-il ajouté.

L’étude a suivi 3000 patients corona admis dans des unités de soins intensifs dans dix pays africains de mai à décembre de l’année dernière. Près de la moitié d’entre eux sont décédés avant 30 jours.

Ailleurs dans le monde, le taux de mortalité est plus bas. En moyenne, il est de 31,5% parmi les patients gravement malades en Asie, en Europe et sur le continent américain. Dans le même temps, il est de 48,2% en Afrique.