Les éleveurs norvégiens de fourrure doivent obtenir une réponse finale sur l'indemnisation après l'interdiction de l'industrie de la fourrure - 3

Deux ans après que le parlement norvégien (Storting) a décidé d’interdire l’industrie de la fourrure en Norvège, les éleveurs peuvent enfin obtenir une réponse sur le type de compensation qu’ils devraient recevoir.

«Mon objectif est de travailler pour un accord au sein du comité. C’est l’objectif du Parti du progrès, et je pense que les autres parties partagent cet objectif », a déclaré Bengt Rune Strifeldt (FRP).

«Maintenant, nous devons être en mesure de conclure l’affaire pour que non seulement nous, les politiciens, mais aussi l’industrie de la fourrure puissent regarder vers le haut et regarder vers l’avenir», a-t-il déclaré au bureau d’information NTB.

Superbe Balade en traineau avec des Huskies

Strifeldt est chargé de résoudre la question de l’indemnisation des éleveurs de fourrures grâce à un nouveau cycle au parlement. La recommandation du comité des affaires devrait être prête le jeudi 27 mai.

Superbe Balade en traineau avec un guide Sami

Cela fait près de trois ans et demi que le Parti libéral (AP) a obtenu le feu vert pour interdire l’industrie de la fourrure lorsqu’il est entré au gouvernement avec les conservateurs (H) et le Parti libéral (V). En juin 2019, le Parlement a décidé que l’interdiction s’appliquerait à partir de 2025.

Améliorations requises

Le Parti du progrès n’aimait pas la victoire du Parti libéral et, lorsque le parti a quitté le gouvernement l’an dernier, la question de l’indemnisation des éleveurs à fourrure a été l’une des premières choses auxquelles il s’est attaqué.

Elle s’est terminée par une demande de résolution, un ordre du parlement au gouvernement pour une meilleure solution pour les agriculteurs.

Le différend portait, entre autres, sur la manière dont l’indemnisation devrait être calculée et qui devrait être couvert par le régime. La commission du commerce et de l’industrie au parlement a jusqu’à jeudi pour présenter sa recommandation sur la question.

Le président du comité, Geir Pollestad (SP), partage la volonté du Parti du progrès de voir l’affaire tranchée une fois pour toutes.

«Les éleveurs de fourrures ont attendu assez longtemps. J’espère que toutes les parties verront que cela n’a pas été digne et que nous devons maintenant parvenir à un accord qui accorde une compensation complète aux éleveurs de fourrures et qui permette de conclure cette affaire », a-t-il déclaré.

Il estime que la proposition présentée par le gouvernement en mars n’était pas suffisante et espère que les partis parlementaires s’entendront sur des améliorations.

Il souhaite qu’il y ait le moins de pouvoir discrétionnaire possible dans le calcul de la compensation et souhaite également inclure davantage d’éleveurs dans le système.

Vouloir plus d’options

Contrairement au Parti du centre et au Parti vert, le Parti travailliste s’est prononcé en faveur de l’interdiction des animaux à fourrure.

«Nous sommes très préoccupés par le fait que nous devrions être en mesure d’accorder une compensation complète aux éleveurs de fourrures et un régime qui est perçu comme équitable dans l’ensemble», a déclaré le porte-parole de la politique commerciale Terje Aasland (AP). Il souhaite également une solution bénéficiant d’un large soutien politique.

«Ce sera un avantage pour les éleveurs de fourrures», a-t-il déclaré.

Le Parti travailliste veut donner aux agriculteurs des alternatives dans la façon dont la compensation est calculée, car certains critères peuvent être erronés », selon Aasland.

Le porte-parole de la politique commerciale du Parti démocrate-chrétien (KRF), Steinar Reiten, ne commentera pas les travaux du comité sur la proposition de son collègue du parti et ministre de l’Agriculture Olaug Bollestad.

Critique

Le régime d’indemnisation initial du gouvernement était basé sur un montant par femelle reproductrice et la valeur de l’installation.

Dans la proposition présentée par le gouvernement en mars, il est indiqué que l’indemnisation des agriculteurs sera calculée de la même manière qu’en cas d’expropriation, sur décision du parlement. Mais l’Association norvégienne des animaux à fourrure n’était toujours pas satisfaite.

«Il s’agit d’une proposition conçue pour mieux paraître, mais qui continuera à ruiner les agriculteurs et à ruiner des vies», a déclaré le président du conseil d’administration, Bertran Trane Skadsem.

Certains autres agriculteurs sont couverts par le régime de compensation avec la nouvelle proposition du gouvernement, mais aucun des autres problèmes cruciaux n’a été résolu, a déclaré le groupe d’intérêt.