Nouveau plan énergétique de la Norvège : l'exploration pétrolière se poursuivra - 3

Le Premier ministre Erna Solberg (Parti conservateur) estime que le pic pétrolier est atteint pour la Norvège. Mais l’exploration se poursuivra.

Dans le livre blanc « Energy for Work », le gouvernement norvégien déclare maintenant qu’il poursuivra la pratique actuelle avec des cycles de licence réguliers sur le plateau norvégien pour donner à l’industrie l’accès à de nouvelles zones d’exploration.

Une production rentable de pétrole et de gaz sera facilitée, mais dans le cadre des objectifs climatiques norvégiens, a souligné la ministre du Pétrole et de l’Énergie Tina Bru (H).

« Cela fournira une base pour les emplois et l’activité dans tout le pays également à l’avenir. »

Solberg a souligné que la production devrait chuter dans les années à venir.

« Nous maintiendrons l’exploration et utiliserons les ressources à l’avenir là où elles sont rentables », a-t-elle déclaré.

Rapport de l’AIE

Récemment, le gouvernement a reçu de nombreuses critiques pour avoir poursuivi l’exploration pétrolière après que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a déclaré dans un rapport qu’il n’y avait pas de place pour de nouveaux gisements de pétrole et de gaz si le réchauffement climatique devait être limité à 1,5 degré.

Le représentant parlementaire du Parti du centre (SP), Lars Haltbrekken, a accusé le gouvernement de se diriger délibérément vers une crise climatique.

« Il est absolument incroyable que les avertissements clairs de l’Agence internationale de l’énergie, de ne pas démarrer de nouveaux gisements de pétrole et de gaz, n’aient aucune conséquence sur la politique pétrolière du gouvernement. Au lieu de cela, ils choisissent de « forer et conduire » », a-t-il déclaré.

« Ce message soude fermement la Norvège dans l’ère du pétrole », a convenu Arild Hermstad, chef par intérim du Parti vert (MDG).

Solberg a déclaré à NTB que le gouvernement visait à maintenir autant que possible 1,5 degré. Mais le système de l’Accord de Paris signifie que les émissions sont comptées là où le pétrole et le gaz sont brûlés, pas là où ils sont pompés, a-t-elle souligné.

Laissera les marchés décider

Selon le Premier ministre, un arrêt de l’exploration par un grand producteur de pétrole comme la Norvège devrait s’inscrire dans un plan international plus vaste.

« Les pays qui disent cela sont ceux qui ont terminé leurs activités pétrolières et gazières. Cela ne leur coûte rien. Cela ne leur coûte aucun travail », a déclaré Solberg lorsqu’elle et Bru ont présenté le rapport.

Selon Bru, ce sont les marchés qui doivent décider.

« Cela n’aura aucun effet si la Norvège, en tant que pays unique, dit que nous arrêtons cela. Ensuite, d’autres rempliront ces parts de marché.

L’industrie en fête

Anniken Hauglie, dirigeante du groupe d’intérêt Norwegian Oil and Gas, estime que la poursuite de l’exploration est absolument nécessaire pour éviter une chute rapide de la production.

« Nous sommes très heureux que le gouvernement poursuive les grandes lignes de la politique pétrolière et gazière et il est clair que la politique pétrolière est fixée », a-t-elle déclaré.

« Il fournit une base pour les ressources énergétiques, également à l’avenir, pour créer des valeurs et des emplois significatifs dans tout le pays. »

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no