Photo : Jil Yngland / NTB

Selon l’Institut national de la santé publique (FHI), deux doses de vaccin suffisent pour la plupart des gens. Cependant, le FHI travaille actuellement à l’identification des groupes à risque qui pourraient avoir besoin de rappels de vaccins.

“Pour les personnes en bonne santé qui sont vaccinées cet été, il faudra probablement beaucoup de temps avant qu’un rappel ne soit nécessaire – si nécessaire”, a déclaré le médecin-chef de FHI, Sara Viksmoen Watle, au journal VG.

Une troisième dose peut augmenter la protection et fournir une immunité durable. Plusieurs pays, comme le Danemark et le Royaume-Uni, l’envisagent.

Ce dernier examine quels vaccins fonctionnent le mieux à cet effet dans la première étude clinique au monde sur les vaccins dits de rappel.

Pas de plan concret

En Norvège, le FHI n’a établi aucun plan concret mais surveille de près l’effet sur les vaccinés, écrit le journal VG.

Watle dit qu’il est très probablement pertinent de ne donner des injections de rappel qu’aux groupes à risque tels que les personnes âgées, les personnes dont le système immunitaire est affaibli ou d’autres qui n’ont pas reçu une protection suffisante.

Les personnes qui ont reçu une greffe d’organe peuvent recevoir une nouvelle dose de vaccin à l’automne, tandis que d’autres groupes à risque peuvent recevoir une offre pour l’hiver.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no