Un comité nommé par l'État veut limiter l'emploi temporaire en Norvège - 3

La majorité au sein du comité Fougner nommé par le gouvernement veut supprimer la règle sur l’accès général à l’emploi temporaire jusqu’à un an.

« Le comité procède à des évaluations importantes pour garantir que les droits et la protection des employés sont développés en fonction des changements qui se produisent dans la vie professionnelle et les affaires », a déclaré le ministre du Travail Torbjørn Røe Isaksen (H).

Il a reçu le rapport mercredi. Le comité a été nommé le 23 août et a été présidé par l’avocat Jan Fougner. Toutes les principales organisations de la main-d’œuvre ont été représentées. La majorité, qui comprend des représentants des organisations syndicales, est favorable à un certain nombre de changements législatifs.

« La chose la plus importante pour nous a été de prendre soin des meilleurs de la main-d’œuvre norvégienne. Ensuite, nous sommes très heureux d’avoir reçu un soutien pour des propositions qui renforcent le modèle norvégien », a déclaré la secrétaire de LO Trude Tinnlund, qui a représenté LO au sein du comité, dans un communiqué de presse.

Suggestions multiples

En plus de supprimer les règles introduites par le gouvernement de droite en 2015, qui ont élargi la possibilité d’emploi temporaire, la majorité a présenté 16 propositions d’amendements législatifs à la loi sur l’environnement de travail.

« Afin de renforcer le modèle norvégien, de l’avis de la majorité, plusieurs ajustements importants de la législation sont nécessaires. Entre autres, limiter la possibilité d’emploi temporaire et clarifier le concept d’employé afin que ceux qui sont des employés puissent plus facilement être classés comme tels », a déclaré Ragnhild Lied, chef de l’Unio.

« Le comité a également fait des propositions qui limitent les possibilités des entreprises de s’organiser en dehors de leur responsabilité d’employeur. C’est un point important qu’une partie des employés unie soit aux côtés des quatre experts du comité sur ces propositions », a déclaré le chef de l’YS, Erik Kollerud.

Moins compétitif

Une minorité au sein de la commission, les représentants des organisations d’employeurs, s’est opposée aux propositions.

« Ce n’est pas le moment d’avoir plus de réglementations pour le monde des affaires », a écrit Virke dans un communiqué de presse.

« Il est maintenant temps de regarder vers l’avenir pour créer des entreprises compétitives qui offrent aux gens un emploi auquel se tourner. Virke craint que la recommandation majoritaire du Comité Fougner, si elle est adoptée, ne contribue à rendre les entreprises norvégiennes moins compétitives à l’avenir », a déclaré le PDG Ivar Horneland Kristensen de Virke.

Dans le même temps, il a souligné qu’ils souhaitaient une modernisation et une simplification de la loi sur l’environnement de travail.

« Nos membres veulent une loi accessible et facile à consulter pour les gestionnaires, les représentants syndicaux et les employés. Nous attendons avec impatience que le gouvernement aborde ce problème au sein du comité de simplification et de modernisation », a déclaré Kristensen.

Envoyé en consultation

Le rapport sera désormais envoyé pour consultation, avec une date limite au 1er novembre.

« Nous allons maintenant examiner de plus près les recommandations du comité. J’exhorte toutes les parties à profiter de la période de consultation pour se familiariser avec le rapport et nous aider à avoir un débat éclairé sur les propositions », a déclaré le ministre du Travail Isaksen.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayFinance

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no