Photo : Ole Berg-Rusten / NTB

Selon les chiffres que le journal Aftenposten a reçus, environ 45% des personnes testées positives pour COVID-19 sont nées à l’étranger ou ont des parents nés à l’étranger.

L’Institut norvégien de santé publique (FHI) a donné au journal accès à un aperçu du début de la pandémie en février de l’année dernière jusqu’au début du mois de juin de cette année.

Sur les 118 767 personnes testées positives pour COVID-19 en Norvège, 53 615 sont nées à l’étranger ou avaient des parents nés à l’étranger. Les deux groupes représentent environ 20 % de la population.

Pour les admissions à l’hôpital avec COVID-19, la tendance est similaire. 2 454 des 5 449 patients corona hospitalisés sont nés à l’étranger ou avaient des parents nés à l’étranger.

Selon le FHI, la surreprésentation ne peut pas être expliquée de manière significative par des différences de profession, de groupes à risque médical, d’éducation ou de revenu du ménage séparément. Pourtant, les facteurs dans leur ensemble ont un certain niveau d’importance.

Dans le même temps, le FHI met en évidence les barrières linguistiques et la baisse de confiance dans les autorités comme raisons possibles, en plus des voyages à l’étranger.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no