La Norvège devrait-elle interdire les bateaux de croisière pour ses fjords de renommée mondiale ? - 5

Ces dernières années, de nombreuses villes européennes ont interdit aux grands navires de croisière d’entrer dans leurs ports. Souvent qualifiées de « villes flottantes », elles débarquent quotidiennement des milliers de touristes. De nombreux habitants, de Venise à Barcelone, en ont tout simplement assez car les navires semblent causer bien plus de dommages à l’environnement que tout avantage perçu pour les économies locales. Les fjords norvégiens de renommée mondiale étant un endroit populaire pour ces navires de croisière, que peut-on faire pour s’assurer que ces mammouths flottants ne gâchent pas ces monuments immaculés ?

Marées changeantes pour les bateaux de croisière

Alors que l’été européen se réchauffe et se poursuit, les restrictions COVID s’assouplissent lentement, de nombreuses personnes chercheront à embarquer sur des navires et à naviguer sur les nombreuses mers tranquilles d’Europe. Pourtant, ces dernières années, les citoyens des villes portuaires, de Dublin à Santorin, d’Amsterdam à Barcelone, en ont marre de ces mastodontes dynamiques du tourisme de masse.

Alors que de nombreux pays européens dépendent du tourisme, en particulier ceux qui bordent les mers Méditerranée et Adriatique, il semble que l’humeur du public ait fortement tourné contre les navires de croisière. Alors qu’ils étaient autrefois accueillis à bras ouverts, considérés comme des sources vitales d’activité économique et d’emploi pour les économies locales, ils sont maintenant considérés comme une gêne et un signe avant-coureur de dommages culturels et environnementaux.

Allez voir les Baleines en Catamaran

Étant donné que les navires de croisière sont fréquents dans les eaux norvégiennes pendant les mois les plus chauds, quelles leçons la Norvège peut-elle tirer des autres pays pour garantir un équilibre toujours aussi délicat entre les avantages économiques pour les zones régionales de ce pays tout en assurant une protection adéquate de la nature environnement, si envié et admiré dans le monde entier ?

Découvrez les Aurores Boréales

Une croissance énorme impose des plafonds de passagers et des interdictions de navires de croisière

Choisissez un jour d’été dans de nombreuses villes européennes (à l’époque d’avant COVID, bien sûr) et il y avait de fortes chances que vous rencontriez un ou deux passagers de bateau de croisière. Le nombre de passagers que les navires de croisière, opérant dans les eaux européennes, ont accueillis a atteint un tel crescendo au cours de la dernière décennie qu’il a semblé que l’Europe était constamment bombardée de surtourisme.

Vous savez que la situation est mauvaise quand Bruges – ce beau chef-d’œuvre baroque belge – pourtant à peine connu comme port d’escale pour toute croisière européenne (mea culpa à nos lecteurs belges) – reçu, rien qu’en 2018 millions, 8,3 millions de touristes… dont un record de 6 millions (oui, vous avez bien lu, SIX millions… plus que l’ensemble de la population du pays) étaient des passagers de bateaux de croisière.

Pour les villes avec une longue histoire d’escales lors d’une croisière, les habitants en ont marre. Santorin, l’un des joyaux des îles grecques, a plafonné son nombre de visiteurs, pour 2019, à 8 000 par jour. La popularité de l’île en raison de son charme, de sa beauté naturelle et de ses plages lui a permis de recevoir 850 000 visiteurs, via des navires de croisière, au cours de l’été 2018 seulement. Cet afflux de touristes a causé à la fois des problèmes de circulation, de pollution et de dégradation de l’environnement conduisant au plafonnement.

Venezia est allé plus loin. Depuis avril 2021, le gouvernement italien a fait volte-face sur une interdiction pure et simple des navires de croisière. Depuis le 13 juillet, il a annoncé une nouvelle interdiction, pour les navires pesant plus de 25 000 tonnes et d’une longueur de plus de 180 mètres, d’entrer dans son lagon historique. Les navires accostent désormais dans un port industriel, à quelques heures du centre-ville historique, plutôt que d’écraser le canal de Guidecca et d’endommager davantage une ville qui est littéralement tout sauf la forme d’un navire.

Photo : Halvard Alvik / NTB

Peut causer d’énormes dommages environnementaux

À une époque où les questions environnementales sont au premier plan des affaires et de la politique, les navires de croisière sont souvent considérés comme une relique du passé sans trop se soucier de leur empreinte carbone.

Les navires de croisière dépendent souvent du fioul lourd qui a une teneur élevée en soufre mais est moins cher que d’autres formes de carburant plus respectueuses de l’environnement. Cette utilisation de carburant provoque l’émission de fumées et de gaz toxiques dans l’air ambiant. En fait, il a été découvert, selon Euractiv, qu’un bateau de croisière, transportant 2 000 passagers, peut « émettre la même quantité de particules en une journée qu’un million de voitures ».

Ce qui est également préoccupant, c’est l’impact que ces émissions peuvent causer sur les environnements artificiels et naturels. Un niveau élevé d’oxyde d’azote, présent dans ces émissions, est un élément clé des pluies acides et a été lié à de nombreuses maladies respiratoires.

L’une des principales préoccupations de Venezia était les dommages causés aux fonds marins par ces navires de croisière. Non seulement certains navires de croisière déversent littéralement leurs eaux usées derrière eux, mais on craint que ces structures géantes puissent éroder les fonds marins et endommager de précieux environnements marins, dans des eaux peu profondes, comme la lagune vénitienne.

Ligne de couleur
Photo : Tor Erik Schrøder / SCANPIX

Une réglementation plus stricte est-elle nécessaire en Norvège ?

Le centre du tourisme en Norvège, pendant les mois les plus chauds, se trouve dans des villes comme Bergen et Stavanger. Depuis ces villes, de nombreux bateaux de plaisance et bateaux de croisière partent naviguer dans les fjords de l’ouest de la Norvège, classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme Venezia ou d’autres villes disséminées dans les mers Méditerranée et Adriatique, les navires de croisière sont une grosse affaire sur la côte ouest de la Norvège.

Selon Innovasjon Norge, les navires de croisière faisaient partie intégrante des niveaux de tourisme sans précédent dans le pays. Il y a eu non seulement une croissance record du tourisme lié aux croisières (7 années consécutives de croissance jusqu’en 2019) mais aussi un nombre record de croisiéristes. Pour la saison des croisières 2019 (mai à septembre), quelque 2 000 navires de croisière ont transporté à la fois 850 000 croisiéristes, mais étaient également chargés de transporter un record de 3,6 millions de «touristes d’une journée» dans les ports norvégiens.

Ce sont des chiffres énormes pour un petit pays avec un environnement marin si précieux. Alors que les navires de croisière et les touristes commencent lentement à retourner dans les eaux norvégiennes, c’est exactement le moment de commencer à développer une stratégie nationale pour équilibrer l’économie et l’environnement.

Les questions environnementales figureront en bonne place dans les prochaines élections

Avec des élections prévues en septembre, la différenciation des politiques environnementales sera une préoccupation majeure pour de nombreux électeurs. Il suffit de voir comment le message environnemental, caractérisé par des partis comme Miljøpartiet De Grønne (Parti des Verts), a imprégné le débat politique ces dernières années. La protection de « l’économie bleue » est désormais considérée comme un intérêt national stratégique.

Étant donné qu’une grande partie des navires de croisière entrent dans des fjords et d’autres environnements marins uniques, existe-t-il des niveaux de protection adéquats pour sauvegarder ces merveilles naturelles ?

Le gouvernement, ainsi que diverses municipalités à l’échelle nationale, ont déjà un bilan quelque peu discutable quant à la protection adéquate des environnements marins dans toute la Norvège. Si de vastes zones de parcs marins, de réserves naturelles, de mers et de rivières dits «protégés» sont déjà dévastées par la pêche commerciale et personnelle, sous la surveillance du gouvernement, qu’arrive-t-il à l’une des merveilles naturelles les plus précieuses de Norvège ?

Existe-t-il des niveaux adéquats de réglementation et de protection pour garantir que ces navires de croisière de la taille d’une ville, et leur dose quotidienne de milliers de touristes, n’endommagent pas les précieux écosystèmes des fjords de l’ouest de la Norvège et des autres eaux norvégiennes ?

Repenser la politique des navires de croisière avant qu’il ne soit trop tard

La pandémie mondiale a permis au monde de se réinitialiser. Nous avons tous vu les images d’autoroutes encombrées de pare-chocs à pare-chocs et de rues bondées de la ville réduites au silence total. Alors que la saison des croisières de cette année est en cours, bien que considérablement réduite en raison des restrictions pandémiques en cours, ce devrait être le moment de réévaluer et d’analyser les impacts variés que l’industrie des navires de croisière a sur la Norvège et ses eaux.

La ville de Dubrovnik, avec son centre-ville classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, est un exemple emblématique de la manière de créer une symbiose entre préoccupations environnementales et bénéfices économiques. En 2019, lassée des paquebots de croisière faisant pression environnementale sur un environnement artificiel et naturel délicat, elle a signé un cadre, avec l’une des principales associations de croisière en Europe (Cruise Lines International Association), pour la promotion d’une tourisme de croisière à partir de 2020.

La Norvège doit s’assurer que les navires de croisière – bien qu’ils rapportent chaque jour des millions de couronnes dans les économies locales – doivent respecter les normes, pratiques et réglementations environnementales les plus élevées. On doit se demander quel est exactement le coût réel, pour les générations futures, si une manne économique à court terme est gagnée au détriment d’un environnement naturel précieux, délicat et beau, comme les fjords ?

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il pense que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation de l’actualité et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont également importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

Source : #NorwayToday / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no