Au cours de l'année écoulée, le service de sécurité de la police norvégien a reçu de nombreux signalements liés à la radicalisation - 3
Photo : Vegard Grøtt / NTB

Au cours de l’année écoulée, le Service de sécurité de la police (PST) norvégien a donné suite à environ 500 signalements de préoccupations concernant la radicalisation. « Un nombre croissant de pourboires est lié aux mineurs », a noté un conseiller principal.

Les conseils sont divisés selon les lignes de l’extrémisme de droite et de l’islamisme extrême, écrit le journal Aftenposten.

« Si nous craignons que quelqu’un encourage la violence ou ne commette nous-mêmes des actes de violence, nous les suivons », a déclaré au journal la conseillère principale Annett Aamodt du Service de sécurité de la police (PST).

Découvrez un magnifique Fjord

Les conseils qui sont suivis sont si sérieux qu’ils doivent être traités pour clarifier si la personne a l’intention et la capacité de commettre un acte violent.

Découvrez un magnifique Fjord

Des centaines de conseils

Aamodt a noté qu’au cours de la dernière année, le PST a reçu entre 400 et 500 signalements de préoccupations ou de conseils concernant des personnes que le PST a choisi de suivre – mais que le nombre total de conseils est bien plus important.

Les conseils arrivent par courrier électronique, le portail de conseils du PST, la police et les organisations coopérantes, et ceux qui reçoivent des conseils dans le PST avertissent que le nombre de conseils sur les mineurs est en augmentation.

« Il y a encore une prédominance des pourboires liés aux jeunes adultes. C’est-à-dire des personnes âgées de 18 à 35 ans », a ajouté Aamodt.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no