Alors que le monde rouvre ses portes après son coma induit par le COVID, les industries touristiques du monde entier s’attendent à une augmentation du nombre de touristes voyageant à travers le monde pour des vacances tant attendues. Le tourisme est souvent un élément précieux des économies nationales et locales, mais il peut avoir un caractère d’exploitation. Mais avec la croissance du tourisme environnemental et socialement responsable, il est clair que les touristes souhaitent aujourd’hui une expérience plus durable qui profite non seulement aux comptes bancaires, mais aussi aux communautés locales et aux environnements naturels visités. La Norvège, par exemple, ouvre la voie en offrant de nombreuses expériences touristiques respectueuses de la société et de l’environnement qui sont également bonnes pour les affaires.

La nature du tourisme moderne change

Fini le temps où les seules choses que les gens veulent des vacances sont le bronzage et la gueule de bois. La nature du tourisme moderne évolue rapidement. En un mot, l’industrie, partout dans le monde, veut devenir plus
“durable.”

Bien sûr, c’est l’un des mots à la mode qui sont utilisés tout le temps, mais, dans ce contexte, cela signifie que les préoccupations environnementales et sociales sous-tendent non seulement où les gens se rendent, mais aussi comment ils s’y rendent et ce qu’ils font une fois qu’ils sont arrivés. arrivée.

Une conscience environnementale et sociale grandissante

L’un des effets les plus intéressants de la fermeture des frontières, des blocages nationaux et des restrictions de l’ère COVID a été la réduction de l’empreinte carbone mondiale. Avec d’énormes flottes d’avions immobilisés, les touristes devaient soit payer un prix supérieur à la prime pour être écrasés dans la classe des bovins, soit trouver d’autres alternatives. Les consommateurs peuvent désormais compenser leur empreinte carbone avec une somme modique appliquée sur leur billet d’avion. Les trains, les bus et autres moyens de transport collectif sont également devenus populaires.

Alors que la mondialisation progresse pour toujours et avec l’aide d’Internet, les gens deviennent de plus en plus informés et sensibles sur le plan culturel. L’une des grandes joies de la vie est ce moment où vous vous trouvez dans un pays où la langue, la culture, la religion, le paysage et/ou même la nourriture sont complètement différents de ce que vous connaissez. Les étrangers veulent savoir exactement où finit la couronne touristique (ou réelle, roupie, rand…).

Le magnifique Pulpit Rock en Norvège. Photo : Samuel Killworth / Unsplash

L’industrie touristique norvégienne tente de tirer profit de son image « verte »

L’industrie du tourisme en Norvège évolue également rapidement. Ce pays est l’un de ces paradoxes où les classes dirigeantes, et en fait la société dans son ensemble, sont des leaders mondiaux dans tout ce qui progresse, des politiques d’immigration aux relations de genre en passant par la politique environnementale. Cependant, c’est aussi un pays qui s’est enrichi grâce à l’extraction et à l’exportation de combustibles fossiles. Néanmoins, le secteur du tourisme essaie désespérément de tirer profit de la durabilité et de promouvoir la Norvège en tant que terre de tourisme respectueux de l’environnement.

Visite Norvège (la principale branche touristique du gouvernement) a travaillé dur pour présenter la Norvège comme un leader mondial du tourisme durable. Son site Internet comporte toute une section dédiée au « voyage vert » avec des hôtels « verts », des activités éco-responsables et même sept « aventures durables » – dont le ski dans la première station alpine au monde avec une « opération neutre en C02 ».

Il a travaillé, de manière très pertinente, avec les communautés locales pour établir une pléthore de « destinations durables » à l’échelle nationale. Révisé tous les trois ans, un lieu peut porter ce titre s’il y a une présence du développement durable dans « l’environnement, la communauté locale, le patrimoine culturel et l’économie ».

Énorme source de revenus et d’emplois pour de nombreux pays

Partout dans le monde, le tourisme représente chaque année une part importante des comptes nationaux des nations. Malgré les effets du COVID-19 sur les voyages, l’industrie du tourisme dans le monde, en 2020, était évaluée à 1 500 milliards de dollars. Pour mettre ce montant en contexte, cette valeur correspond à peu près à la taille de l’économie australienne ou à environ trois fois la taille de celle de la Norvège. En Norvège, le tourisme a généré quelque 7 milliards de dollars (un peu moins de 2 % du produit intérieur brut) en 2019 – la dernière année « normale » avant la propagation du COVID-19.

Le tourisme emploie également directement un grand nombre de personnes, à la fois directement et indirectement, dans de multiples industries allant de l’hôtellerie et du divertissement à l’éducation et à la fabrication (quelqu’un doit construire ces avions). Dans tout le « Sud global », le tourisme représente la principale, sinon la seule, source de revenus et d’emplois nationaux.

Fjord de Geiranger
Pittoresque Geirangerfjorden. // Photo : Damir Spanic / Unsplash

Un nouveau souffle pour la Norvège rurale et régionale

De retour ici en Norvège, les régions de l’ouest et du nord du pays dépendent également fortement du tourisme. Alors que les industries de base, comme la pêche ou la fabrication, se sont taries au cours du dernier demi-siècle, le tourisme a maintenant donné un nouveau souffle à ces lieux régionaux et ruraux.

Pour la côte ouest de la Norvège, les fjords sont devenus une grosse affaire. Les communautés locales de Kristiansund à Kristiansand ont vu des afflux de touristes, souvent à bord de bateaux de croisière. En conséquence, des secteurs entiers des économies locales ont gagné des emplois et des revenus en accueillant leurs nouveaux visiteurs.

Lorsque les jours deviennent plus longs et plus froids, les touristes sont impatients de se rendre au-delà du cercle polaire arctique pour assister à la majesté des aurores boréales. Dans des endroits comme Tromsø, il existe de nombreuses activités, notamment des croisières d’observation des baleines, des balades en traîneau à chiens et même des séjours dans un saami traditionnel. chèvre (une demeure en forme de tente), qui ont surgi pour accueillir ceux qui poursuivent les aurores boréales.

Sans tourisme, on se demande comment certains de ces villages, villes et établissements éloignés, isolés et petits pourraient prospérer et survivre à la fois économiquement et socialement.

L’exploitation économique peut se produire quotidiennement dans l’industrie du tourisme

Il y a, malheureusement, une ligne assez fine entre les avantages économiques du tourisme et l’exploitation pure. Avec environ 800 milliards de personnes dans le monde vivant avec moins de 1,25 USD, ce que certains dépenseraient pour un déjeuner de vacances est peut-être plus que ce que d’autres gagnent en une semaine, voire un mois.

Pour beaucoup d’employés de l’industrie du tourisme, l’exploitation est quotidienne. Les bas salaires, les longues heures de travail, les conditions de travail insalubres et la faible sécurité de l’emploi font partie des caractéristiques de l’emploi quotidien. Dans de nombreux pays, les travailleurs ne sont pas non plus syndiqués, ce qui ajoute encore à l’oppression et aux mauvais traitements.

Il peut être difficile de savoir où va l’argent dépensé par les touristes en vacances et s’il a réellement un impact positif sur les communautés locales.

Les bidonvilles de Mumbai, en Inde. // Photo : Nishantd85 via Wikimedia Commons (CC BY-SA 3.0)

Le dilemme de la croissance du « pauvreté »

Compte tenu de la conscience sociale croissante que possèdent désormais de nombreux touristes, un tout nouveau secteur touristique a fait son apparition. Le « pauvreté » est un secteur qui consiste à faire venir des touristes dans des zones défavorisées. Par exemple, on peut désormais visiter les bidonvilles de Nairobi, les bidonvilles de Mumbai et les favelas de Rio De Janeiro. De nombreux voyagistes prétendent que ces circuits, grâce aux frais payés, retournent dans ces communautés et sont une source de revenus.

Pourtant, cette croissance du « paupérisme » représente un dilemme moral. Si l’argent ne profite pas directement à ces communautés locales, ou si les motivations derrière le désir de visiter sont simplement de témoigner plutôt que d’aider, alors ces visites, tout ce segment du tourisme en fait, n’est rien de plus qu’une indulgence voyeuriste de ces touristes avec meilleures situations économiques. La dernière chose dont beaucoup de ces communautés ont besoin, ce sont des bus remplis de touristes errant en traitant leur vie comme une sorte de zoo humain des temps modernes.

Le « volontourisme » peut aider les communautés locales

Le « volontourisme » est également en hausse. Le développement du « volontourisme » – le volontariat pendant les vacances – devient populaire pour les touristes qui souhaitent essayer de réduire les inégalités sociales et économiques.

Ayant visité Mazatlan, une ville de la côte Pacifique du Mexique populaire auprès des touristes américains et canadiens fuyant l’hiver, en 2020, je n’avais aucune idée du bon travail qu’une organisation appelée Vineyard Ministry fait. Le ministère organise une tournée au cours de laquelle les touristes peuvent se porter volontaires pour préparer de la nourriture et des boissons pour les habitants qui grignotent à la décharge. Ici, les habitants moins fortunés sont traités avec dignité et respect plutôt que d’être simplement bouche bée.

Ici en Norvège, le volontariat fait partie intégrante du tissu social et communautaire. Le mot dugnad (bénévolat) a été élu Mot de l’année 2004 dans un sondage mené par NRK. Bien que la Norvège ait une société relativement prospère, le «tourisme bénévole» devient lentement populaire dans l’industrie du tourisme ici aussi. Par exemple, la Worldwide Opportunities for Organic Farms Organization (WWOF) possède 96 fermes en Norvège où les touristes peuvent séjourner dans une ferme biologique et s’immerger dans les communautés locales avec un mélange de travail de projet et d’expérience éducative.

Le travail reste à faire

L’industrie du tourisme, à la fois ici en Norvège et dans le monde, est une grande entreprise. Il représente une source importante de revenus et d’emplois dans le monde entier. Cependant, les avantages économiques ne devraient pas entraîner des coûts inhumains. À bien des égards, l’exploitation peut être courante dans l’industrie, et les touristes doivent être conscients que le simple fait de dépenser de l’argent ne garantit pas des avantages pour les communautés locales.

Ici, en Norvège, l’industrie du tourisme tient à afficher son image durable dans le monde entier. Les réglementations ont été renforcées, par exemple pour la pêche touristique, mais il reste encore beaucoup à faire pour compenser l’empreinte carbone des centaines de navires de croisière qui pénètrent chaque année dans des fjords vierges. Le tourisme présente à la fois des possibilités économiques pour beaucoup mais peut aussi exploiter les populations et les environnements. Il peut être difficile de trouver un tourisme véritablement durable sur les plans social et environnemental, mais cela devrait être l’avenir inévitable. C’est à nous de faire de cet avenir une réalité.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il pense que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation de l’actualité et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont également importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

Source : #NorwayToday Travel

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no