Photo : Annika Byrde / NTB

La structure du nouveau gouvernement des talibans envoie des signaux inquiétants, selon la ministre norvégienne des Affaires étrangères Ine Eriksen Søreide (H).

« Cela ne représente pas les femmes et ne reflète pas le peuple et la société afghans », a-t-elle déclaré au journal VG.

Plusieurs des nouveaux ministres figurent sur la liste des sanctions de l’ONU. L’un des fondateurs des talibans, Mohammad Hassan Akhund, a été nommé Premier ministre.

Le leader du tristement célèbre réseau Haqqani, Sirajuddin Haqqani, devrait devenir ministre de l’Intérieur. Il est entre autres recherché par le FBI pour avoir été à l’origine de l’attentat terroriste contre l’hôtel Serena, où le journaliste norvégien Carsten Thomassen figurait parmi les six personnes tuées.

« Signaux perturbateurs »

« Je crains que le gouvernement intérimaire que les talibans ont maintenant nommé ne soit ni inclusif ni représentatif. Cela envoie des signaux inquiétants », a noté Eriksen Søreide.

Elle a également souligné que l’Afghanistan est au milieu d’une crise humanitaire et que, par conséquent, la Norvège ne rompra pas tous les liens avec la nouvelle direction du pays.

« Nous allons, dans la mesure du possible… trouver des moyens d’aider la population avec l’aide humanitaire nécessaire. Une exigence minimale est que les personnes au pouvoir facilitent la sécurité et les conditions de travail des travailleurs humanitaires », a-t-elle déclaré.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no