Élections norvégiennes de 2021 : quels sont les enjeux clés ? - 7

Les élections parlementaires en Norvège ont lieu le 13 septembre. Un nombre sans précédent de Norvégiens ont déjà voté alors que la nation subit sa première élection à l’ère COVID. Quels sont les grands enjeux qui sous-tendront cette élection ? Quels sont les points clés, les questions et les affaires qui verront soit la réélection du Premier ministre Solberg, soit la chute de son gouvernement ?

L’élection COVID-19 ?

La plus grande actualité de cette décennie, jusqu’à présent, a été le déclenchement de la pandémie de COVID-19 dans le monde. Depuis son arrivée en Norvège en février 2020, le coronavirus a coûté des milliards de couronnes, des centaines de vies et des niveaux sans précédent de perturbations pour l’économie, la société et la vie quotidienne.

Le gouvernement en place, une coalition conservatrice de centre-droit, dirigée par la Première ministre Erna Solberg, a reçu des éloges pour sa gestion initiale de la pandémie. Il a verrouillé les frontières, soutenu à la fois l’industrie et les employés avec des plans financiers généreux qui ont laissé le pays dans une meilleure position que la plupart de ses voisins de la région et l’Europe élargie elle-même. La Norvège a enregistré 173 000 infections et, bien que tragiques, 827 décès, ce qui est moins que ses voisins, le Danemark, la Suède et la Finlande.

Découvrez un magnifique Fjord

Chanter le blues du delta

Alors que le rythme des vaccinations s’est considérablement amélioré cet été, une nouvelle souche delta hautement contagieuse du virus se déchaîne dans tout le pays. Le public est fatigué et un sentiment de léthargie s’est abattu sur une nation marre des blocages, des mesures d’infection et d’autres perturbations de la vie quotidienne qu’une pandémie contagieuse peut provoquer.

Découvrez les Aurores Boréales

Les électeurs devront juger un gouvernement qui a initialement sécurisé ses frontières mais qui a ensuite décidé de les rouvrir l’été dernier alors qu’un vaccin n’était pas disponible. Un gouvernement qui a mis en place des mesures strictes de distanciation sociale et de contrôle des infections, mais a ensuite été brisé par le chef du gouvernement qui les a établies. Un gouvernement qui a bien fait de vacciner le pays mais seulement ces derniers mois. Pour faire simple, cette élection pourrait très bien être un mandat sur la façon dont le gouvernement a géré (ou non) la pandémie de COVID-19.

L’argent, l’argent, l’argent… ça fait tourner le monde (et l’économie). Photo : Gorm Kallestad / SCANPIX

C’est l’économie, stupide

Comme l’un des slogans de la campagne présidentielle américaine de Bill Clinton en 1992, l’économie et la manière dont le gouvernement actuel l’a gérée seront un enjeu majeur de cette élection. Il ne fait aucun doute que la pandémie de COVID-19 a provoqué la plus grande crise économique de l’histoire norvégienne moderne.

Le coût économique de la pandémie de COVID-19 a été estimé, par le gouvernement, à 245 milliards de NOK. Cela comprend plus de 163 milliards de NOK de mesures fiscales (régimes d’indemnisation, protection des revenus des employés, plan de sauvetage de l’industrie de l’aviation civile, etc.) tandis qu’une réduction de l’activité économique a entraîné une baisse des recettes fiscales de 59,4 milliards de NOK.

Il ne fait aucun doute que les mesures fiscales étaient nécessaires car d’énormes secteurs de l’économie, comme l’hôtellerie, le tourisme et le divertissement, étaient complètement fermés tandis que d’autres, comme l’industrie aéronautique, étaient au bord de l’effondrement.

Le grand fossé entre la gauche et la droite politiques n’était pas de savoir si une intervention fiscale du gouvernement était nécessaire, mais de combien. Généralement, ceux de gauche voulaient plus d’argent pour NAV (et donc les employés, les familles, etc.) et moins pour garantir les prêts des grandes entreprises. A droite, les règles normales du conservatisme budgétaire ont été jetées par la fenêtre au premier signe de la pandémie, davantage de soutien financier pour le monde des affaires a été demandé. Le gouvernement fera valoir qu’ils étaient une paire de mains (économiques) sûres pendant la pire crise de l’histoire moderne. Les partis d’opposition soutiendront que leurs politiques auraient permis à la Norvège non seulement de « reconstruire mieux », mais aussi de devenir plus équitable.

Faible taux de chômage – qui obtient le crédit ?

La question de savoir comment fonctionne l’économie en ce moment sera également dans l’esprit des électeurs. Les effets des blocages sur d’énormes secteurs de l’économie ont vu le taux de chômage culminer, en mars dernier, à 10,6%. L’administration norvégienne de la protection sociale et du travail (Arbeides og velferdsforvaltningen, NAV), qui représente normalement un peu moins d’un tiers du budget national, a vu un nombre sans précédent de personnes s’inscrire comme chômeurs, chômeurs partiels ou ayant besoin d’une aide financière.

Alors que la Norvège a rouvert, libérant une grande partie du pays et de l’économie, ainsi que les généreux programmes financiers fournis par le gouvernement, le chômage est tombé à seulement 2,7% fin août 2021. Le gouvernement essaiera de faire valoir que c’est leur action rapide et décisive qui a sauvé l’économie tandis que les partis d’opposition soutiendront que c’est leur collaboration et leur inclusion dans les discussions sur le plan de crise qui ont aidé la société.

Le champ pétrolifère de Johan Sverdrup
Une bénédiction économique mais une malédiction environnementale ? Les vastes champs pétroliers offshore de la Norvège. Photo : Carina Johansen / NTB

Changement climatique et crise

La politique climatique est peut-être la question clé dans un pays qui possède encore un secteur des combustibles fossiles important et influent. C’est le domaine où les petits partis, comme le Parti vert (Miljøpartiet De Grønne, OMD) et le Parti de la gauche socialiste (Sosialistisk Venstreparti, SV) peut exercer une influence. Depuis la publication d’un rapport des Nations Unies sur le réchauffement climatique, les partis soucieux de l’environnement ont vu leur popularité augmenter. En fait, le nombre de membres de l’OMD a augmenté de 25 %.

La question clé est de savoir comment et quand gérer au mieux la transition de l’économie vers les combustibles fossiles. Pour les Verts, ils souhaitent un arrêt immédiat de l’exploration pétrolière et l’arrêt de toute production de combustibles fossiles d’ici 2035. Le Parti travailliste (Arbeiderpartiet, AP) et du Parti conservateur (Hyre, H) veulent tous deux échelonner la transition vers les combustibles fossiles afin de réduire le chômage et donner le temps à la Norvège de trouver une autre production économique intéressante. Les deux parties ont convenu de se concentrer sur l’hydrogène et les parcs éoliens offshore pour amorcer cette transition tout en permettant aux sociétés gazières et pétrolières de poursuivre leurs activités au-delà de 2050.

La meilleure façon pour chaque partie d’exploiter les opportunités économiques de l’Arctique tout en préservant son environnement naturel vierge sera également un problème.

Scandale, scandale, scandales…

Depuis les dernières élections, la classe politique norvégienne a été engloutie dans une série de scandales. Le plus important, qui transcende les divisions entre les partis, a été le scandale NAV. L’actuel et l’ancien gouvernement (coalition de centre-gauche dirigée par l’AP) étaient responsables de cette surveillance bureaucratique illégale et immorale qui a jeté les gens en prison et les a endettés. Étant donné que la majeure partie du pays a eu des relations avec NAV au cours de la dernière année, cela pourrait bien être dans l’esprit des électeurs le jour des élections.

De manger des sushis avec votre famille élargie à Geilo pendant un verrouillage national, à «vivre» à la maison avec vos parents quand vous avez 36 ans alors que vous êtes propriétaire, le gouvernement actuel a été en proie à des scandales cette année. Est-ce le signe d’un gouvernement trop longtemps au pouvoir, trop fatigué et arrogant ? Ou est-ce juste une série d’événements malheureux, dont Lemony Snicket serait fier ?

Ces petits partis ne sont pas non plus sans scandale. Bien qu’au niveau local, Lan Marie Berg, représentante de MDG au conseil municipal d’Oslo, a été forcée de démissionner en raison d’un effondrement du budget du projet d’eau. Alors que l’OMD cherche à puiser dans le vote progressiste des jeunes urbains, quel impact cette expérience aura-t-elle ?

Évacuation de l'Afghanistan - Hercule
Réfugiés afghans sur un vol de rapatriement norvégien. Photo: Forsvaret / NTB

Islamophobie et immigration

Le gouvernement du Premier ministre Solberg a été plongé dans le chaos l’année dernière lorsque Siv Jensen, alors chef du Parti du progrès (Fremskrittspartiet, FrP), un parti populiste de droite, a retiré son parti du gouvernement sur la question du rapatriement d’un citoyen norvégien qui s’est porté volontaire pour l’État islamique. Jensen a estimé que la personne en question ne devrait recevoir aucune aide du gouvernement norvégien. Alors que Jensen a démissionné en février, le parti qu’elle dirigeait a poussé le gouvernement Solberg à droite sur l’immigration.

Cela contraste avec les SV qui veulent non seulement augmenter le taux d’immigration mais aussi accueillir un plus grand nombre de demandeurs d’asile. Étant donné que la Norvège vient de se retirer d’Afghanistan, le SV estime que la Norvège a le devoir moral de réinstaller autant d’Afghans, qu’ils aient ou non aidé les forces armées norvégiennes. Le FRP s’est déjà plaint du nombre « élevé » d’Afghans réinstallés.

Des organisations islamophobes et extrémistes de droite comme Arrêt islamiseringen av Norge (Stop Islamization of Norway, SIAN) ont gagné en popularité et ont organisé des événements très publics et provocateurs dans toute la Norvège ces dernières années. Cela a malheureusement contribué à attirer l’attention du public sur l’islamophobie.

La politique dominante n’est pas à l’abri de ce préjugé rampant, car quelques mois seulement après l’attaque de la mosquée Al Noor, l’ancien chef du FRP (Parti du progrès), Siv Jensen, a accusé les musulmans qui refusaient de saluer les personnes du sexe opposé d’entreprendre une « islamisation sournoise ».

Réformes municipales et péages

Le gouvernement actuel a imposé des réformes municipales dans le cadre de son programme. Destinée à rationaliser les services gouvernementaux et à économiser de l’argent, elle a suscité des réactions mitigées. Certaines fusions de comtés ont été forcées, provoquant involontairement une grande animosité. L’immense région connue aujourd’hui sous le nom de Troms et Finnmark a été créé malgré un référendum qui a vu 87 % des électeurs s’opposer à cette fusion forcée. Ces réformes, notamment dans le nord de la Norvège, inciteront-elles les électeurs à protester contre le gouvernement ?

La propagation des routes à péage constitue également un enjeu électoral majeur. Le coût de possession d’une voiture en Norvège est cher avant même de commencer à la conduire sur la route. De nombreux électeurs estiment que les péages sont non seulement trop élevés, mais que de nouvelles routes à péage semblent apparaître beaucoup trop souvent. La micro-partie « Action du peuple non à plus de péages routiers » (Folkeaksjonen nei til mer bompenger, FNB) a surgi pour puiser dans cette frustration des électeurs. Lors des élections locales de 2019, il a obtenu 16,7% des voix à Bergen. Cela a obligé à prendre au sérieux la question du coût des routes à péage.

Toutes ces questions sont importantes mais ce qui verra le Premier ministre Solberg réélu ou un changement de gouvernement reste à voir. Tout sera révélé le 13 septembre.

TLes opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il pense que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation de l’actualité et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont également importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

Source : #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no