Le prochain Premier ministre norvégien : ce qu'il faut savoir sur Jonas Gahr Støre - 7

Le plus grand vainqueur des élections législatives en Norvège est le chef du Parti travailliste (Arbeiderpartiet, AP), Jonas Gahr Store. Il est sur le point de devenir le 38e Premier ministre de Norvège après avoir supervisé une nouvelle coalition de gauche «rouge-verte» qui a obtenu la majorité au parlement norvégien (Storting). Après avoir goûté à la défaite aux élections de 2017, il a triomphé avec une campagne axée sur les «gens ordinaires». Cependant, il n’y a rien d’ordinaire à propos de l’homme qui dirigera la Norvège.

Triomphe après tragédie : élections de 2021

Ces derniers temps, les sondeurs ont eu de la malchance. Ils avaient tous les deux tort de dire que Trump était éligible et que le Royaume-Uni voulait abandonner l’Europe. Ainsi, lorsque les sondages en Norvège ont indiqué un changement de gouvernement cette année, il y avait de la place pour le scepticisme. Cependant, quelques minutes après la fermeture des bureaux de vote, lundi soir, le verdict était tombé : il y aurait un changement de gouvernement.

Jonas Gahr Støre, 61 ans, leader de l’AP, avait dirigé une coalition « rouge-verte » pour s’assurer une majorité parlementaire au Storting et ainsi s’emparer du pouvoir de la Première ministre sortante Erna Solberg (Hyère, H). Son expérience au sein du gouvernement est vaste, ayant d’abord été ministre sous le précédent gouvernement Stoltenberg, puis dirigeant de l’AP depuis 2013.

Surnommé le « presque l’homme » de la politique norvégienne, il était sur le point d’obtenir un gouvernement AP en 2017, mais a échoué terriblement. Pourtant, les résultats des élections marquent le point culminant d’une vie politique où, après avoir été vanté au début de sa carrière pour le leadership, il décrochera enfin le premier poste de Norvège.

Les deux argent et politique dans la famille

Jonas Gahr Støre est né dans le quartier aisé et verdoyant de Ris, dans le West End d’Oslo, le 25 août 1960. Sa famille avait amassé une fortune grâce à la vente en 1977 de Jøtul, une entreprise dirigée par son grand-père maternel. Cela lui a laissé une fortune estimée à environ 140 millions de NOK.

Il a fréquenté l’école Berg à Oslo, puis a suivi une formation d’officier de marine à l’Académie navale royale de Norvège. Suite à cette expérience, il se rend à Paris pour suivre un cursus de sciences politiques en cinq ans à Sciences Po sélective où il apprend à parler couramment le français.

La famille de son père, originaire de Levanger et composée de riches agriculteurs, avait une certaine expérience politique. Son arrière-grand-père, Paul Edvart Støre, était député au Storting et maire de Levanger, bien que pour le côté opposé de la politique que son arrière-petit-fils.

Ancien Premier ministre de Norvège Gro Harlem Brundtland et mentor d’un jeune Støre. Photo : Terje Pedersen / NTB scanpix

Un mentor célèbre a changé sa vie politique

Ce qui est intéressant à propos de son début de carrière, c’est qu’il a en fait postulé pour le poste de conseiller politique, pour les affaires étrangères, pour Høyre, dans les années 1980. Heureusement pour AP, on lui a offert le poste mais a refusé. Brièvement, il a été chargé d’enseignement à la Harvard Law School en 1986. C’est lorsqu’il est devenu conseiller spécial du premier ministre que sa vie et son chemin politique ont changé. Sous le mentorat de la « Mère de la nation » et de la légende de l’AP, Gro Harlem Brundtland, il a vu sa politique changer et est devenu officiellement membre de l’AP en 1995.

Il a ensuite occupé divers postes à la fin des années 1990 et au début des années 2000, allant de directeur général au cabinet du Premier ministre à président d’un groupe de réflexion et secrétaire général de la Croix-Rouge norvégienne.

Première expérience gouvernementale sous Stoltenberg

La démission du cabinet Bondevik dirigé par les conservateurs, en 2000, a conduit à un changement de gouvernement dirigé par le chef adjoint de l’AP, Jens Stoltenberg. Devenu Premier ministre, son premier gouvernement a eu peu de temps, au pouvoir seulement du 17 mars 2000 au 19 octobre 2001, mais était riche en idées. En tant que chef de cabinet de Stoltenberg, Støre a aidé le gouvernement à mettre en œuvre un ambitieux programme de réforme, de modernisation et de privatisation inspiré du « New Labour » britannique et de la « Third Way » de Bill Clinton.

2001 verrait AP jeté dans le désert politique. Souffrant de leur pire résultat électoral d’après-guerre, Stoltenberg et Støre étaient sans emploi. Pourtant, l’AP rebondirait et remporterait les élections de 2005 et l’étoile de Støre continuerait de monter.

Jens Stoltenberg
L’ancien Premier ministre Jens Stoltenberg avec son protégé. Photo : Jon Olav Nesvold / NTB

Membre du Storting, ministre des Affaires étrangères et ministre de la Santé

La position dominante de l’AP aux élections de 2005, a vu Stoltenberg gouverner une deuxième fois. Pendant ce temps, en 2009, il a été élu quatrième candidat d’AP, pour Oslo, au Storting.

Récompensé pour sa loyauté envers son nouveau mentor, Støre a été promu ministre des Affaires étrangères, poste qu’il occupera jusqu’en 2012. Hamas (que l’Union européenne et les États-Unis considèrent toujours comme une organisation terroriste) en 2007.

Il a eu deux expériences de première main avec le terrorisme et frôle la mort. Un hôtel dans lequel il séjournait à Kaboul, en Afghanistan, a été attaqué par un kamikaze en 2008. Il n’a pas été blessé mais six personnes, dont un journaliste norvégien, ont été tuées. Le cerveau des attentats d’Utøya en 2011, Anders Breivik, avait déclaré que Støre était une cible même s’il avait visité l’île un jour avant l’attaque.

Un remaniement ministériel, en 2012, a vu Støre devenir ministre des Soins et des Services de santé. Cela devait apparemment lui donner plus d’expérience domestique afin de devenir un candidat plus complet au poste de Premier ministre plus tard dans sa carrière. Après les élections de 2013, où l’AP a perdu le pouvoir, il est resté l’un des ministres les plus populaires du gouvernement.

Leader de l’AP et élection 2017

Les élections de 2013 ont vu un changement de gouvernement dirigé par le centre-droit. La dirigeante de Høyre, Erna Solberg, est devenue Premier ministre tandis que Støre a été élu à la tête du Parti travailliste en 2014. Cela a été quelque peu controversé en raison de sa perception, par certains, comme étant un « enfant riche » et un intellectuel. Il a dit un jour à l’AFP que « Mes finances ne sont pas ordinaires, mais beaucoup de choses à mon sujet le sont… ».

La première chose qu’il a faite, en tant que chef de parti, pour se distancier de son mentor, et ancien Premier ministre Stoltenberg, a été de changer radicalement la politique climatique de l’AP. Malgré la supervision d’une perte de 6 sièges et d’une baisse de 3,4% des voix, l’AP a gardé la foi et Støre a continué dans son rôle. Il continuerait à se distinguer comme un chef de l’opposition éloquent et efficace martelant le message de gouvernement de son parti pour les «gens ordinaires».

Rue Jonas Gahr
Soirée électorale. Photo : Javad M. Parsa / NTB

Il l’a enfin fait ! Gagner les élections de 2021

Les élections de 2021 ont vu le Premier ministre Erna Solberg chercher à être réélu une deuxième fois. Cependant, après 8 ans au pouvoir, des électeurs fatigués des restrictions et de la vie dans une pandémie mondiale, l’inquiétude croissante de l’électorat concernant le changement climatique et une série de scandales gouvernementaux, le moment était venu pour Støre. Gagnant 48 sièges et assurant la place de son parti comme le plus grand du Stortinget, Støre a maintenant le mandat de former un gouvernement – avec le soutien de la gauche socialiste (Sosialistisk Venstreparti, SV) et Parti du Centre (Senterpartiet, SP). Son parti est actuellement en pourparlers pour former un gouvernement.

Ainsi, ce père marié de 3 enfants est sur le point de devenir le dernier Premier ministre de Norvège. Avec une vaste expérience dans les secteurs public et privé ainsi que dans le gouvernement lui-même, Støre est bien placé pour guider la Norvège à travers la fin de la pandémie de COVID-19.

Pendant son mandat de ministre des Services de santé, il a acquis le surnom, qu’il a admis qu’il n’aime pas, « Super-Jonas ». S’il devient effectivement Premier ministre, il reste à voir si ce surnom deviendra une réalité.

Cependant, il possède l’éducation, une vaste expérience et les connaissances d’une paire de mentors remarquables qui le placent bien pour le travail et les défis à venir.

Les opinions exprimées sont celles de l’auteur et ne sont pas détenues par Norway.mw, sauf indication contraire.

A propos de l’auteur:

Jonathan est un amoureux de l’écrit. Il pense que la meilleure façon de lutter contre cette polarisation de l’actualité et de la politique, à notre époque, est d’avoir une vision équilibrée. Les deux côtés de l’histoire sont également importants. Il aime aussi les voyages et la musique live.

© Source : #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no