Association nautique préoccupée par le manque de postes d'amarrage en Norvège : le temps d'attente à Oslo est d'au moins 12 ans - 3

Alors que le nombre de bateaux de plaisance augmente en Norvège, le nombre de couchettes disponibles dans tout le pays diminue. Cela inquiète la Royal Norwegian Boating Association (KNBF).

Il y a eu une augmentation record des bateaux de plaisance au cours des deux dernières années, et il y a maintenant plus d’un million de bateaux de plaisance en Norvège. Mais dans le même temps, la demande de construction pour les zones de la zone balnéaire s’intensifie dans une grande partie du pays.

« Je suis très inquiet pour la navigation de plaisance avec le développement que l’on voit dans de nombreuses municipalités de nos jours. Nos politiciens doivent organiser plus de places sur l’eau et sur terre afin que non seulement quelques privilégiés de la société puissent se permettre d’avoir un bateau », a noté Stig Hvide Smith, secrétaire général de la KNBF.

Les postes d’amarrage et les aires de stockage de bateaux sont menacés à Oslo, Bergen, Trondheim, Tønsberg et Nøtterøy, Arendal, Drammen, Bodø, Hamar et dans la région de Mjøs.

Gros challenge

« La pression sur les zones côtières est extrême, et c’est un grand défi pour les petites et grandes associations de bateaux », a ajouté Hvide Smith dans un communiqué.

La plupart des associations de plaisanciers sont gérées sur la base du volontariat et sur des terrains communaux. La KNBF estime que la suppression de l’accès à la mer en tant que zone de loisirs menace le droit d’accès du public et une culture traditionnelle le long du long littoral norvégien.

Le temps d’attente pour une place à Oslo, par exemple, est désormais compris entre 12 et 20 ans dans les différentes associations. Et plus de postes à quai disparaîtront à l’avenir en raison des projets de la municipalité de construire des maisons près de la mer.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no