Bikini-gate : la fédération de handball abandonne sa politique d'uniforme sexiste - 3

Cette semaine, la Fédération internationale de handball (IHF) a cédé à des mois de pression publique, de la part de pays, de gouvernements et même de célébrités, pour modifier ses règles uniformes pour le football féminin. C’est l’équipe nationale féminine norvégienne dont la protestation contre le port du bas de bikini a déclenché tout un débat sur le sexisme et la sexualisation du sport féminin. Changeant discrètement les règles cette semaine, l’IHF semble avoir été entraînée dans le 21e siècle.

Bikini-gate : amende pour avoir porté des shorts

Lorsque l’équipe norvégienne de handball féminin s’est rendue sur les terrains de sport sablonneux lors des récents championnats d’Europe de beach handball, quelque chose n’allait pas, selon l’IHF. En lice pour la médaille de bronze, les Norvégiennes ont décidé de porter des shorts (semblables à ceux que les joueurs masculins peuvent porter) pour protester à la fois contre la sexualisation et l’inconfort de devoir porter des bas de bikini. Cela allait à l’encontre des règles uniformes de l’IHF et a infligé à l’équipe une amende de 1 500 euros.

Les femmes norvégiennes et les responsables de l’équipe étaient unis pour prendre position contre ce qu’ils considéraient comme une politique d’uniforme sexiste. Seules les femmes devaient porter des bas de bikini légèrement vêtus tandis que les hommes pouvaient porter des shorts relativement amples dans le cadre de leur uniforme.

L’amende a été qualifiée de « complètement ridicule » par le ministre de la Culture et des Sports, Abid Raja (H). La pression gouvernementale s’est accrue lorsque le ministre des Sports de 5 pays nordiques (Danemark, Norvège, Suède, Finlande et Islande) a écrit à l’IHF pour modifier les règles afin de « soutenir et encourager tous les athlètes, quel que soit leur sexe, à rester dans le sport… » Il y a même eu une part d’Hollywood dans le mélange lorsque la pop star américaine Pink a déclaré qu’elle paierait personnellement l’amende de l’équipe.

L’IHF change enfin les règles et entraîne le sport dans le 21e siècle

Il semble maintenant que sans grande publicité ou connaissance généralisée, l’IHF a cédé à l’intense pression du public et a modifié ses règles uniformes pour les femmes. Les nouvelles règles stipulent que désormais les athlètes féminines doivent porter des « pantalons courts et serrés avec une coupe ajustée ».

C’est un pas dans la bonne direction, bien sûr, car ces shorts sont sûrement plus confortables et modestes que les bas de bikini maigres que les athlètes féminines étaient obligées de porter auparavant. Pourtant, il y a toujours une touche de sexisme dans les règles car les femmes doivent porter des shorts « moulants » tandis que les hommes peuvent toujours porter des shorts relativement amples.

Le changement de règle, mis à part les diverses pressions gouvernementales dans le monde, a également été déclenché par la militante Talitha Stone. En créant une pétition, avec l’aide de l’organisation pour l’égalité des sexes Collective Shout, elle a réussi à rassembler 61 000 signatures pour changer les règles sexistes de l’uniforme.

Un pas dans la bonne direction : un short à la place d’un bas de bikini étriqué. / Photo : Linn Jørum Sulland / Heiko Junge NTB

Une victoire mineure mais la bataille continue

Le changement de règle uniforme (c’est-à-dire le demi-tour après un examen minutieux des médias) devrait être célébré comme une petite victoire, mais il reste encore beaucoup de travail à faire pour éliminer à la fois le sexisme structurel et la sexualisation du sport féminin.

Il ne faut pas oublier qu’il y a quelques années, Sepp Blatter, alors à la tête de l’une des plus grandes organisations au monde, la FIFA, qui gère le football dans le monde entier, a déclaré que le football féminin pourrait être plus attrayant si elles portaient des shorts plus serrés. C’est le genre de vision préhistorique qui régit la plupart des sports majeurs dans le monde.

À une époque où l’égalité raciale est fortement (et à juste titre) recherchée et promue, il est également nécessaire de sauvegarder l’égalité des sexes. Le dernier demi-siècle a vu de nombreuses femmes dans le monde sortir des ténèbres de l’oppression sexiste. La lutte pour l’égalité des sexes est exactement cela – une lutte continue chaque jour contre le sexisme et la complaisance.

Le sexisme et la sexualisation du sport féminin peuvent-ils changer ?

Maintenant que beaucoup d’argent est injecté dans le sport féminin dans le monde entier – regardez à quel point la coupe du monde de football féminin est devenue populaire ou la ligue professionnelle de basket-ball féminin aux États-Unis – sans parler des skieuses norvégiennes qui battent le monde ou à quel point le championnat national féminin l’équipe de football est – les organisations et les entreprises devraient utiliser la pression financière pour aider à promouvoir l’égalité des genres et éradiquer le sexisme dans le sport.

Il semble que les dirigeants en charge de l’IHF aient modifié à contrecœur les règles concernant les uniformes féminins. La question reste de savoir si les attitudes sexistes inhérentes si répandues dans le sport féminin et la sexualisation manifeste qui sous-tend une grande partie du sport professionnel féminin changeront également.

Source : #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no