Les conservateurs estiment que le gouvernement doit préparer la Norvège à une nouvelle vague de migration - 3

La situation à la frontière polono-biélorusse pourrait entraîner un flux migratoire vers la Norvège, a déclaré la politicienne conservatrice (H) Mari Holm Lønseth. Elle réclame un plan du gouvernement.

« Je demande un plan du ministre de la Justice pour gérer une éventuelle vague de migration vers la Norvège », a déclaré à NTB la porte-parole des conservateurs pour la politique d’immigration, Mari Holm Lønseth.

Cette demande fait suite à des informations faisant état de la situation dramatique à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. Il est rapporté que des migrants et des réfugiés sont poussés de l’autre côté de la frontière vers la Pologne par des gardes-frontières biélorusses, puis renvoyés en Biélorussie par des gardes polonais.

L’OTAN pense que la Biélorussie utilise les migrants comme un pion dans un jeu pour faire pression sur l’UE et qualifie ces actions d’inacceptables.

Doit être préparé

Selon Lønseth, la Norvège doit se préparer à ce que la situation en Europe de l’Est entraîne un flux migratoire vers les frontières norvégiennes. Dans une question écrite, elle a mis au défi la ministre de la Justice Emilie Enger Mehl (SP) d’expliquer comment le gouvernement entend gérer cela.

« L’une des choses les plus importantes que nous faisons est de faciliter la fuite et la migration de moins de personnes. Dans le même temps, nous devons être préparés ici chez nous », a déclaré Lønseth.

Elle a évoqué les expériences de la crise des migrants en 2015. À cette époque, les conservateurs ont pris des mesures pour préparer la Norvège à une nouvelle vague, notamment en renforçant la planification d’urgence.

« La coopération avec les municipalités, de bons plans d’urgence et une coopération étroite avec l’Europe sont importants », a-t-elle déclaré.

Aucun signe de nouvelle vague

Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), pour sa part, ne voit aucun signe qu’une nouvelle vague de migration est en route.

« La Norvège a le plus faible nombre d’arrivées d’asile en près de 40 ans. Un certain nombre d’autres peuvent arriver avant que nous ne revenions à un niveau normal, et il faudra beaucoup de temps avant que notre préparation atteigne sa limite », a déclaré à NTB le conseiller principal Eirik Christophersen du NRC.

Il pense qu’il n’y a pas grand-chose que la Norvège puisse faire seule pour remédier à la situation à la frontière polono-biélorusse, au-delà de passer des appels à l’UE.

La Norvège devrait également montrer sa volonté d’accepter davantage de réfugiés et de migrants en provenance de pays comme la Grèce, estime Christophersen.

Huitfeldt : Utilisation cynique des personnes vulnérables

Christophersen pense que la crise des migrants qui se déroule en Europe de l’Est peut être un test du système d’asile de l’UE.

« C’est peut-être le premier test que l’UE n’a pas de mécanisme de répartition des responsabilités », a déclaré Christophersen.

La ministre des Affaires étrangères Anniken Huitfeldt (AP) a précédemment déclaré que la Biélorussie a la pleine et entière responsabilité du flux de migrants vers les frontières avec la Pologne et la Lituanie.

« Cette crise est due à l’utilisation cynique par les autorités biélorusses des personnes vulnérables comme outil de pression de la politique étrangère », a déclaré Huitfeldt à NTB mardi.

Source : © NTB Norway.mw / #Norway.mw / #NorwayTodayNews

Avez-vous une astuce pour Norway.mw ? Nous voulons l’entendre. Contactez-nous à info@norwaytoday.no